Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Art et Culture

Culture : « Bazouam, Galerie sur route », une alerte pour la survie du village artisanal de Grand Bassam
Publié le mardi 30 mai 2017  |  Abidjan.net
Culture
© Abidjan.net par JOB
Culture : « Bazouam, Galerie sur route », une alerte pour la survie du village artisanal de Grand Bassam
Vendredi 26 mai 2017. Un vernissage intitulé « Bazouam, Galerie sur route » a eu lieu au village artisanal de Grand Bassam.
Comment


« Il faut plusieurs doigts pour tenir un grain de riz », cet adage africain est mieux indiqué pour traduire la synergie qui s’est créée autour du projet d’organisation d’une exposition artisanale et photographique, « Bazouam, Galerie sur route » qui s’est tenue le vendredi 26 mai, au village artisanal de Grand Bassam. Ce vernissage a été initié par deux artistes photographes, Armand Gauze et Doris Haron, épaulés par des icones du milieu de la Culture dont Venance Konan, Agnès Kraidy, Commissaire générale de l’exposition et Alex Kipré.

Cette exposition a également brillé par la richesse et la qualité du banc des officiels, notamment, l’Ambassadrice de Grande Bretagne, les ambassadeurs de la Belgique, Tunisie et du Maroc, sous la houlette de l’Honorable Yasmina Ouegnin, Député de Cocody et la présence de représentants Ministère de la Culture et de la Mairie de Grand Bassam.

Au-delà de son objectif d’admirer et apprécier l’expression de l’art développé sous toutes ses formes au sein du village artisanal de Grand Bassam qui, est ce petit bord de route, carrefour de tous les confluents de l’artisanat ivoirien, « Bazouam, Galerie sur route », tend à rehausser l’image de cette activité artisanale pour le retour des touristes et son impact sur l’économie.
En effet, le vernissage « Bazouam, Galerie sur route » intervient dans un contexte socioéconomique bien particulier car depuis peu, les artisans qui œuvrent au sein de ce village ont l’appréhension de ne plus bénéficier des fruits de leur art.

Situé sur le bord de l’ancienne route qui mène à Grand Bassam depuis 40 ans, le village artisanal, de plus de 400 cases-boutiques et cases-ateliers faisant ainsi le bonheur des touristes et des amateurs d’art et également celui de cette ville classée patrimoine de l’UNESCO, est menacé de disparaitre.

En effet, depuis l’ouverture de la nouvelle autoroute de Grand Bassam, l’ancienne voie, celle du village artisanal est de moins en moins fréquentée ; les commerces et les baraquements qui ne désemplissaient pas de clients, sont désormais en quête de meilleurs achalandages. Pis, les 2000 habitants que compte le village artisanal ont perdu le sommeil et la sérénité face à d’autres spéculations foncières et diverses convoitises concurrentielles qui visent la destruction dudit site.
Selon la Député Yamisna Ouegnin, marraine de ce vernissage, « Bazouam » est une allocution de l’ethnie N’Zima de Grand Bassam (dont elle est originaire) qui littéralement signifie : « aides-moi à porter ma charge sur la tête ».

C’est donc à juste titre que « Bazouam, Galerie sur route » sollicite les décideurs publics afin d’aider Grand Bassam à ne pas perdre cet atout de son potentiel culturel, ainsi qu’aider ses initiateurs qui ont décidé de porter en lumière le travail des braves artisans et commerçants implantés sur la route en vue d’en faire le porte-étendard de cette ville historique, touristique et artistique.

Quant à la commissaire générale, Mme Agnès Kraidy, elle espère en la pérennisation de cette exposition pour l’étendre à d’autres destinations culturelles de la Côte d’Ivoire, telle que celle des femmes potières de Katiola.

Après la projection d’un film qui retrace la création du village artisanal en 1976 par trois groupes ethniques que sont Gouro, Baoulé et Senoufo, la cerise sur le gâteau a été la prestation musicale de l’international ivoirien du Jazz, Isaac Kemo (Abidjan Groove).

JOB
Commentaires


Comment