Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité OK
NEWS
Comment

International

Des larmes aux rires de Raïla Odinga:L’incroyable talent de la Cour suprême kenyane
Publié le mercredi 6 septembre 2017  |  L’intelligent d’Abidjan
Le
© Reuters
Le Premier Ministre du Kenya, Raila Odinga
Comment


Le communiqué de la Cour suprême kenyane est tombé dans le camp de Uhuru Kenyatta comme une bombe atomique, rejetant les 54% de la victoire à l’élection présidentielle, pour le ramener au même niveau que Raïla Odinga, l’adversaire du président sortant. Résultat : la cour suprême ordonne une nouvelle élection au Kenya et endosse sa responsabilité d’une institution républicaine crédible. Tout est annulé. Cette plus ‘’value’’ permet à Raïla Odinga de reprendre, ragaillardi, la compétition électorale contre Uhuru Kenyatta dans deux mois. Le président sortant qui avait gagné la première élection et qui n’a rien compris de la décision de la cour suprême n’a pas le cœur à rire. Il pouvait pleurer s’il le pouvait… Mais, Urhu Kenyatta est tout de même bouleversé, lui, Robert Mugabé du Zimbabwé, Paul Kagamé du Rwanda ou Yoneri Museveni de l’Ouaganda, à sa fête d’intronisation à Nairobi. Un raté magnifique sous l’œil goguenard de Raïla Odinga dont les pleurs sont devenus des rires. Mais, qui gagnera dans deux mois ? Une question que seuls les Kenyans peuvent répondre. Surtout en douceur et non à gorge jusqu’à la proclamation des résultats par la cour suprême. 60 jours, Uhuru Kenyatta et Raïla Odinga sont encore seuls devant les électeurs kenyans, les cœurs lourds d’angoisse. C’est vraiment dégoûtant quand les deux adversaires se trouvent actuellement dans une attitude qui pèse les tonnes. Pauvre Raïla Odinga et Uhuru Kenyatta a-t-on envie de dire. Mais dans toutes ces analyses, c’est la cour suprême Kenyane qui a les félicitations des agences diplomatiques de notation, après avoir annulé la victoire de Uhuru Kenyatta. Une attitude d’exemple, qui pourrait avoir un goût risqué dans le contexte du Congo Brazzaville, du Tchad, du Gabon, de la République démocratique du Congo, et de la Guinée-Conakry. Dans deux mois, la Cour suprême du Kenya est encore prête à mordre. Heureuse dans son rôle d’arbitre, avec une énergie opposée d’outil républicain. Dans ces moments, la cour suprême dira qui de Uhuru Kenyatta et Raïla Odinga a perdu ou prêt à fermer le poing pour la victoire. Surtout, il faut obéir aux résultats sans appel proclamés par la Cour suprême et éviter au Kenya de s’enfoncer dans les regrets. Pas de quoi rire ! Il faut encadrer tout simplement Uhuru Kenyatta et Raïla Odinga. C’est une recommandation que je laisse aux Kenyans.
Ben Ismaël
Commentaires


Comment