Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Kouyaté Abdoulaye (Président du RER, rapporteur du 3ème congrès du RDR) : « Kandia Camara est la seule femme du RDR qui a une force extraordinaire de mobilisation. Elle a cette qualité de brasser autour d’elle tout le monde »
Publié le mercredi 13 septembre 2017  |  Partis Politiques
Le
© Autre presse par DR
Le président du RER prêt à accompagner fortement la nouvelle équipe dirigeante du RDR
Comment


Juste à la fin du 3ème congrès du RDR, le président du RER fait une analyse profonde des décisions du congrès et du choix de la nouvelle équipe dirigeante.
Les lampions du 3ème congrès se sont juste éteints, quels sont vos sentiments, vous qui avez pris une part active à ce rassemblement politique ?
Ce congrès, il avait deux défis. Le premier concernait la mobilisation. Et le deuxième concernait la nouvelle orientation qu’il fallait donner au parti. Tout ceci sous le thème « Un RDR nouveau pour une Côte d’Ivoire rassemblée ». Si je m’en tiens au premier défi, je peux vous rassurer qu’il a été largement relevé. Parce que vous n’ignorez pas que ces derniers temps, beaucoup de rumeurs ont couru relativement à la capacité de mobilisation du RDR comme on n’en avait l’habitude. Donc de choses ont été dites. Mais vous avez aussi constaté que ces derniers temps, nous avons sillonné le pays pour sonner la mobilisation des militants et ces tournées ont payé. Parce que la mobilisation du 3ème congrès a été exceptionnelle. Et même les partis frères étrangers comme ivoiriens qui ont été invités, ont été unanimes sur le fait que c’est du jamais vu en Côte d’Ivoire. Notre objectif de départ était d’égaler la mobilisation qui a eu lieu le 1er Août 1999 lors de l’arrivée de notre président, mais je crois cette mobilisation l’a largement dépassée. Concernant le deuxième défi, on a amélioré les textes du parti ; le SG sortant a fait un bilan positif de ses actions. Il a traduit fidèlement toutes les préoccupations des militants de base. C’est vrai que nous avons lancé un appel au président de la République pour qu’il revienne prendre la tête du parti, mais il a choisi fort heureusement le Pr. Henriette Diabaté pour diriger le parti avec le Premier ministre Gon Coulibaly comme vice-président et Mme le ministre Kandia Camara comme secrétaire général du parti. Ce sont là de bonnes décisions prises pour donner une nouvelle orientation au RDR.
Quelle a été la part du RER dans la réussite de ce congrès et à quel niveau vous situez désormais votre participation auprès de ces nouvelles personnes à la tête du parti ?
Le RER a participé activement à ce congrès. En ma qualité de président du RER j’étais membre du bureau congrès en tant que rapporteur. Et nous avons sorti un rapport général apprécié de tous. Mais indépendamment de cela les militants des 675 sections du RER du pays étaient présents pour aider à la réussite de ce congrès. Nous allons continuer dans cette dynamique pour maintenir la flamme de la mobilisation allumée. Nous allons rester mobilisés autour des nouveaux dirigeants pour parvenir à la création du parti unifié comme le souhaite le président Ouattara. Parce que quoi qu’on dise, le RHDP a apporté beaucoup à la Côte d’Ivoire depuis sa création. Donc il n’est pas question de reculer vis-à-vis de cette ambition de parti unifié. Et c’est tout à mon aise, moi qui suis tout aussi le président des enseignants du RHDP. Parce qu’il ne faudra pas voir les ambitions personnelles immédiates, mais il faut voir le futur du pays qui pour nous repose sur le RHDP qui détient plus de 80% de la population ivoirienne. D’abord en tant que RER, nous avons une forte implantation sur le territoire national avec 675 sections et 129 coordinations départementales que nous mettrons au service de la nouvelle direction du parti. En tant que force de proposition, le RER est à l’entière disposition de la nouvelle équipe dirigeante pour l’encadrement politique des militants. Indépendamment de cela, notre rôle sera d’expliquer partout le bilan de notre président. Et nous sommes fiers dans la mesure où la nouvelle présidente du RDR et son SG sont des nôtres, c’est-à-dire des enseignants. C’est tout à l’honneur du RER.
On voit aisément dans la composition de cette nouvelle équipe que le président a faite assez confiance aux femmes. Comment appréciez-vous ces différents choix ?
Moi, je les apprécie à leur juste valeur. Ce qu’il faut comprendre dans ces choix, c’est que la nouvelle présidente a non seulement un rayonnement national, en sa qualité d’une universitaire de renom, mais ensuite elle a été la première femme SG du RDR à la suite du décès de Djéni Kobenan, aussi elle fut SG du parti après le retour du président en 1999 avec les exigences de la mise en place de la nouvelle constitution, elle ne revient que prendre une place qui lui sied le mieux. Mais au-delà de ce fait, elle vient aussi donner au parti son rayonnement international parce que c’est une Dame assez respectée à l’international Libéral. Il faut que le RDR ait son mot à dire à ces instances internationales et elle est bien placée pour le réussir. Ce sont là de personnes charismatiques, au plan politique, intellectuel, social, psychologique et moral qui ont ainsi été choisies pour diriger le RDR nouveau. Quand on prend le premier vice-président Gon Coulibaly, son choix est le fait qu’il est pur produit du RDR. Il connait la mentalité de la maison et des militants. Maintenant concernant la SG Kandia Camara, il n’y a rien à redire. C’est la seule femme du RDR qui a une force extraordinaire de mobilisation. Elle a cette qualité de brasser autour d’elle tout le monde. Elle est donc la personne la mieux indiquée pour impulser avec une relative rapidité la création du parti unifié. Ces choix collent au terme de notre parti à savoir « Un RDR nouveau pour une Côte d’Ivoire rassemblée ».

Récemment en votre qualité de secrétaire départemental de Lakota, vous avez décoré 34 militants de cette zone. Quels furent le critère de sélection et le sens de ces décorations ?
Vous savez, le RDR a des pionniers au plan national. Mais il en a aussi au plan local. Il y a des gens qui, au risque de leur vie ont porté les idéaux du RDR dans ce département. Quand nous voyons la force que le RDR a aujourd’hui dans le département de Lakota, vous pouvez pas imaginer les difficultés que nous avons traversées pour en arriver là. Il n’y avait pas plus de 100 comités de base du RDR à Lakota. On est aujourd’hui à 43 secrétaires de sections, 11 commissariats politiques et 4000 comités de base. Cela signifie que du travail a été fait. Mais ce travail est parti d’une base que nous avons voulu célébrer le samedi 6 septembre dernier. On a donc décoré 5 militants à titre posthume. On a ensuite décoré les premiers responsables politiques. Citons par exemple Ettien Koumassi, Hadja Mariam Sylla, de Berthé Onagna le premier départemental. Et ensuite, il y a eu d’autres militants qui ont joué un important rôle à l’implantation du RDR.
Commentaires


Comment