Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Politique
Article
Politique

Pdci-Rda: Maurice Kakou Guikahué (CSE) explique les conditions d’éligibilité des Jpdci scolaires et estudiantines
Publié le vendredi 10 novembre 2017  |  Partis Politiques
PDCI
© Partis Politiques par DR
PDCI RDA-Rencontres de restitution des données du terrain (zone Sud 2)
Placées sous le patronage du Président Henri Konan Bédié, les rencontres de restitution des données du terrain présidées par le chef du Secrétariat Exécutif Pr Maurice Kakou Guikahué, ont débuté ce samedi 4 novembre par la zone Sud 2 (La région des Grands Ponts, l`Agneby-Tiassa et La Mé).
Comment


Le Secrétariat exécutif du Pdci-Rda a tenu, jeudi 9 novembre, sa 96ème Session. Deux dossiers majeurs ont été finalisés, selon le Secrétaire exécutif en chef, Pr Maurice Kakou Guikahué.

Pour le dossier de la jeunesse scolaire et universitaire, il dira que « nous avions fait des propositions et le président a pris des décisions qui feront l’objet d’un communiqué officiel du parti». Toutefois, Pr Guikahué a accepté d’en dire plus. « Etant d’accord avec le principe qu’on ne fait pas de politique à l’école, le principe arrêté, c’est que la jeunesse scolaire et universitaire va faire ses activités dans les délégations départementales et communales ». Par ailleurs, «vu l’âge très bas des élèves, il n’y aura pas de structure de la Jpdci dans les collèges. C’est-à-dire de la 6ème jusqu’en 3ème. Mais à partir de la 2nde, on peut faire la Jpdci donc la jeunesse scolaire et universitaire va être dans les lycées, les universités et les grandes écoles ».

En ce qui concerne les critères, Pr Guikahué a indiqué qu’ « au lycée, il faut être un bon élève, respecté par ses amis. Ça, c’est le critère moral. Pour l’âge, il faut avoir entre 16 et 20 ans. Donc, ceux qui peuvent être candidats, c’est ceux qui ont entre 16 et 20 ans. Au niveau de l’université et des grandes écoles, il faut avoir entre 18 et 25 ans ». Mais de façon exceptionnelle, a-t-il précisé, « pour les élections qui vont se passer au cours de l’année scolaire et universitaire 2017-2018, le président a exceptionnellement monté l’âge jusqu’ à 30 ans. Donc quand vous êtes à l’université ou dans une grande école et que vous avez entre 18 et 30 ans, vous pouvez être candidat ».

Pour être coordonnateur, a expliqué le secrétaire exécutif en chef, « vous êtes élu par l’ensemble des présidents des établissements de la délégation départementale. Mais celui qui va être élu doit, lui-même, être un président élu d’un établissement ».

Au niveau national, a également expliqué Kakou Guikahué, «on a adopté le système des grands électeurs ou coordonnateurs pour les Ufpdci nationales et Jpdci nationales. Mais là, le président a estimé qu’étant dans un environnement scolaire et universitaire où le débat est ouvert, où il y a le dynamisme, l’Assemblée générale élective va regrouper tous les présidents élus des lycées et universités de Côte d’Ivoire pour élire le président de la Jpdci scolaire et universitaire qui, pour être candidat, doit lui-même avoir entre 18 ans et 30 ans. Mais aussi, il doit être un président élu dans un établissement ».

Pour ce qui est du chronogramme, Pr Guikahué a annoncé que le processus commence après sa tournée dans les régions du pays en novembre. La première étape sera une sensibilisation menée par le secrétaire exécutif chargé de la Jeunesse. Ensuite, le Pdci va prospecter pour arrêter la liste des établissements de chaque département. Suivra l’élection des présidents, ensuite des coordonnateurs et plus tard l’élection du président national. « A partir de décembre, le processus va démarrer. Au plus tard pendant les vacances de 2018, il faut qu’on connaisse le président national, mais ça peut s’achever plus tôt. Cependant, au cours de l’année 2018, on doit choisir notre président national » a-t-il conclu. Non sans ajouter qu’ «on est en train de préparer l’élite de demain, donc on doit faire de bons recrutements parmi les élèves et étudiants. Il y a la discipline, le dynamisme, le bagage intellectuel qui comptent parce que ce sont des gens qui doivent aller loin. Car ce sont eux qui vont prendre le parti demain, les dirigeants du pays, la relève».
Commentaires


Comment