Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Santé
Article
Santé

Dépistage, diagnostic, prise en charge VIH…: L’appel d’Abidjan
Publié le lundi 4 decembre 2017  |  Fraternité Matin
Lancement
© Abidjan.net par dr bill leo
Lancement ICASA, point de presse de la Ministre Raymonde Goudou.
Le Dr. Raymonde Goudou Coffee, Ministre de la Santé et de l`Hygiène Publique a animé un point de presse relatif au lancement lancement de ICASA, le samedi 02 décembre 2017 à son Cabinet.
Comment


A ICASA 2017, les scientifiques, les politiques, les institutions, les communautés, les organisations philanthropiques, le secteur privé et les personnes vivant avec les hépatites virales vont lancer l’Appel d’Abidjan sur les Hépatites virales.

Vingt ans après la Conférence internationale sur le Sida, ICASA revient à Abidjan et va faire une déclaration importante sur les hépatites virales B et C. Et l’on enregistre deux autres pandémies qui touchent 330 millions de personnes dans le monde (257 millions pour le VHB et 71 millions pour le VHC).

La problématique des hépatites virales dans les pays à ressources limitées va du diagnostic, au traitement et au monitoring en passant par la formation des ressources humaines qualifiées. L’OMS a recommandé à chaque pays, il y a peu, d’adopter un plan d’élimination de cette pandémie meurtrière d’ici 2030 L’incidence des hépatites B et C tend à croître et les moyens de dépistage restent encore trop difficiles d’accès pour les patients.

L’OMS reconnaît que les hépatites virales sont un défi majeur de santé publique. Son ancienne Directrice générale Margaret Chan a avoué qu’il « existe des vaccins et des médicaments pour les combattre et l’Oms s’est engagée à veiller à ce que ces outils couvrent tous ceux qui en ont besoin ».

De fait depuis quelques années, le monde médical dispose de nouvelles molécules mieux tolérées ( les antiviraux à action directe), permettant de guérir de l’infection à Hépatite virale C (VHC) dans 90% des cas avec une durée de traitement plus courte. Par ailleurs, les inhibiteurs nucléotidiques sont des médicaments efficaces et bien tolérés permettant de contrôler la maladie virale B et de réduire le risque de transmission intermédiaire du VHB. L’OMS a récemment diffusé des directives sur la prévention, le diagnostic et la pris en charge hépatites virales B et C.
... suite de l'article sur Fraternité Matin

Commentaires


Comment