Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Politique
Article
Politique

Situation sociopolitique - Le Fpi échange avec le représentant spécial de l’Onu
Publié le jeudi 7 decembre 2017  |  Notre Voie
Après
© APA par Saliou AMAH
Après les révélations de Médiapart, Affi demande l’arrêt de la procédure contre Gbagbo
Vendredi 13 octobre 2017. Abidjan. Le Président du Front populaire ivoirien (FPI, Opposition) Pascal Affi N’guessan (photo) a souhaité l’arrêt de la procédure à la Cour pénale internationale (CPI) contre l’ex-Chef d’Etat ivoirien Laurent Gbagbo après les révélations du site Mediapart qui montre qu’elle obéit à des ‘’considérations politiques’’.
Comment


Le président du Front populaire ivoirien (Fpi), Pascal Affi N’Guessan, a reçu en audience, ce mardi 5 décembre, à la Riviera-M’Badon, Dr Ibn Mohamed Chambas, Représentant spécial du Secrétaire Général de l’Onu et Chef du Bureau des Nations Unis pour l’Afrique de l’Ouest (Unowa). Ces échanges ont porté sur la situation politique en Côte d’Ivoire, le processus de réconciliation nationale et la posture du Fpi face à ce processus. « Je suis venu saluer un ami de longue date puis l’écouter en tant que leader de l’opposition en Côte d’Ivoire. Nous avons bien échangé sur la situation politique en Côte d’Ivoire et je l’ai beaucoup félicité pour sa manière de travailler pour le renforcement de la démocratie dans le pays. Je l’ai beaucoup encouragé à rester dans cette voie démocratique et voir comment chaque fois, il peut être ouvert à promouvoir le processus de réconciliation nationale qui va aller aussi renforcer la sortie de ce pays de la crise », a d’entrée fait savoir Dr Ibn Mohamed Cambas. Avant d’exhorter les Ivoiriens à faire table rase du passé pour s’engager dans le processus de cohésion sociale.
« Comme vous le savez, les Nations Unis ont envoyé plusieurs missions dans ce sens. Ce sont des signes pour encourager les Ivoiriens eux-mêmes à continuer d’échanger, de mettre le passé derrière eux et d’avancer ensemble, en tant que citoyens de ce pays, pour que la Côte d’Ivoire puisse jouer réellement son rôle dans l’Afrique de l’Ouest et même dans l’Afrique tout entière », a-t-il précisé.
Parlant des prisonniers politiques, le chef du bureau des Nations Unis pour l’Afrique de l’Ouest a affirmé que chaque geste allant dans le sens de la réconciliation et de la cohésion nationale aura le soutien de l’Onu.
Il a rappelé qu’à partir de janvier 2018, la Côte d’Ivoire sera membre non-permanent du conseil de sécurité des Nations Unis. Pour lui, cette présence permettra aux « Nations Unies de continuer à travailler avec toutes les parties prenantes : les partis politiques y compris, bien sûr, le Fpi que M. Affi dirige ».
Commentaires


Comment