Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Politique
Article
Politique

Côte d’Ivoire: grâce présidentielle pour 4.132 détenus de droit commun
Publié le lundi 1 janvier 2018  |  APA
Humanitaire
© Abidjan.net par JOB
Humanitaire / L’ONG N’Gboado a entamé la deuxième édition de l’Opération Prison Propre Concert (OPPC 2015)
L’ONG N’Gboado a entamé depuis le jeudi 03 décembre 2015, à la MACA (Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan), les activités marquant la deuxième édition de son Concept, « Opération Prison Propre et Concert » (OPPC 2015), dont le slogan : « tous, prisonniers en sursis, donnons-nous la main ».
Comment


Une grâce présidentielle a été accordée, dimanche soir, à 4.132 détenus de droit commun par le Chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara.

M. Ouattara a fait cette annonce dans son discours de nouvel an. Les prisons ivoiriennes comptent environ 11.151 prisonniers.

Cette grâce présidentielle vise à préserver la cohésion sociale et à réconcilier davantage le pays qui a connu une grave crise postélectorale en 2010/2011, ayant fait officiellement plus de 3.000 morts.

Le chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara s’était engagé à favoriser cette action afin de "rassembler tous les fils et toutes les filles" du pays, une mesure qui s’inscrit d’ailleurs dans le cadre de la paix et de l’apaisement.

L’opposition, qui a sans cesse réclamé la libération de "prisonniers politiques", reproche au président de la République de ne pas avoir réconcilié le pays et de favoriser une "justice des vainqueurs", qui cible les auteurs d’exactions de l’ancien président Laurent Gbagbo.

Dans son adresse à la Nation le 31 décembre 2016, M. Ouattara a accordé la grâce à 2942 prisonniers de droit commun.

La grâce présidentielle est prescrite par la Constitution en Côte d’Ivoire. Elle est devenue une tradition. Chaque fin d’année, le chef de l’Etat autorise la libération de certains prisonniers de droit commun.

PIG/ap/ls/APA
Commentaires


Comment