Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Politique
Article
Politique

Investiture de la génération 94 du RDR- Amadou Koné : « Si vous n’aviez pas mené ce combat, où serions-nous aujourd’hui ? », Sylla Balamine : « des militants sont laissés pour compte »
Publié le lundi 8 janvier 2018  |  Pôle Afrique
Le
© Autre presse par DR
Le ministre Amadou Koné, a parrainé la cérémonie d’investiture du bureau de la génération 94 des jeunes militants du RDR
Comment


Le ministre Amadou Koné, a parrainé la cérémonie d’investiture du bureau de la génération 94 des jeunes militants du RDR connus sous la dénomination de grenadiers voltigeurs.

« Si vous n’aviez pas mené ce combat en 94, où serions-nous aujourd’hui ? » a interrogé Amadou Koné face aux jeunes du RDR qui avaient accepté de mener le combat derrière le « fama » Djéni Kobenan qui venait de créer le RDR avec ses camarades ex-militants du PDCI-RDA, ce dimanche 7 janvier au palais du carnaval de Bouaké.

« Dans quelle situation serait le pays aujourd’hui ? » a poursuivi le ministre des Transports, par ailleurs, Secrétaire Général Adjoint chargé des Transports au RDR. A l’occasion de cette investiture du bureau que présidera Sylla Balamine, un ancien sur la place de Bouaké, Amadou Koné a invité les cinq sages que sont Fanny Ibrahima, Dr Diabaté Idrissa, le maire Djibo Nicolas, Capitaine Touré et Bah Karamoko, le secrétaire départemental à sceller la paix des braves. Ils ont bénéficié d’une motion de soutien des jeunes de la génération 94 dirigé par Odjé Tiacoré Joseph, réunis depuis ce 6 janvier en séminaire. « Il s’agit de faire le vœu que ce qui se fait au niveau des sages soit sincère » a recommandé Amadou Koné, heureux de l’initiative des jeunes qui ont travaillé autour du thème « Génération 94, remobilisation totale pour un RDR fort et incontournable ».

« Soyons fiers du chemin parcouru, que nous avons fait pour qu’un ivoirien soit l’égal de tout autre ivoirien, c’est pour cela qu’il ne faut pas se décourager » a encouragé le ministre Amadou Koné.

Le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie, Touré Faman assistait à cette cérémonie que Barro Souleymane a estimée comme « une fête de la génération 94 ». Face au douloureux passé de ce parti avec son corollaire de morts, Amadou Koné a soutenu que « beaucoup d’entre nous sont morts, ce qui reste à faire est beaucoup plus important : l’union entre les fils. Au RDR il faut qu’on regarde le rétroviseur pour bien avancer. Personne ne doit être oublié et c’est normal » a reconnu le ministre des Transports. Pour lui, « le parti doit être le socle de la stabilité de Bouaké, le parti doit pouvoir compter sur Fanny, Djibo et Diabaté » a recommandé le ministre des Transports, lui-même fils de bouaké.

Odjé Tiacoré, premier président du RJR, cette structure spécialisée des jeunes du RDR a soutenu que « nous célébrons le courage politique mais aussi notre croyance en l’avenir. » Il a assuré qu’ « en 2020, nous nous battrons pour que le RDR et ses alliés gardent le pouvoir jusqu’à l’émergence de la Côte d’Ivoire » a-t-il assuré.

« Mais pour cela, nous devons faire preuve de sagesse, être capable de récompenser ceux qui ont mené la lutte » a reconnu Odjé Tiacoré, SGA chargé des anciens élus et cadres du RDR. Toutefois, il s’est voulu très précis : « nous devons faire en sorte que le RDR soit la locomotive du RHDP » a-t-il recommandé. Il a indiqué que la génération 94 ira vers tous les frustrés et mécontents du parti pour battre le rappel des troupes.

Sylla Balamine, le président du bureau de la génération 94 a soutenu que « des combattants d’hier sont laissés pour compte aujourd’hui » avant de rassurer les responsables du parti présents, que « la génération 94 est un outil de remobilisation de nos militants qui prendra toute sa place pour un RDR fort. »

Barro Souleymane, le président du comité d’organisation a salué le travail de ses camarades de la génération 94, estimant que « vous avez tout donné à ce parti. »

Le maire Youssouf Djibo Nicolas a lui, salué la mobilisation des jeunes militants pour avoir été « la force de frappe du RDR dans sa conquête du pouvoir d’Etat. »

Des militants qui ont apporté le soutien à la jeunesse militante du RDR aux heures chaudes de la lutte contre le PDCI-RDA et le FPI, ont été récompensés par des diplômes.

Adam’s Régis SOUAGA
... suite de l'article sur Pôle Afrique

Commentaires


Comment