Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Retour au calme à Bouaké après une série d’attaques à l’arme lourde entre soldats ennemis
Publié le mercredi 10 janvier 2018  |  APA
Le
© Autre presse par DR
Le siège du CCDO à Bouaké, cible d`attaque de militaires
Mardi 9 janvier 2018. Le siège du CCDO à Bouaké, cible d`attaque de militaires.
Comment


Une accalmie est de mise mercredi matin à Bouaké, au lendemain d’une série d’attaques à l’arme lourde et à la kalachnikov entre deux factions ennemies de l’armée ivoirienne, a constaté APA sur place.
Aucun coup de feu n’a été entendu ce matin, ce qui explique la reprise du court normal de la vie. Les commerces sont ouverts ainsi que les services administratifs, mais les populations jouent à la carte de la prudence.
‘’J’ai ouvert mon magasin, mais je reste vigilant’’ déclare Modou Traoré dont le magasin est situé non loin de la gare routière de Bouaké. Non loin de M. Traoré, un groupe de commerçants cause de cette situation militaire de Bouaké.
‘’Il faut que les autorités trouvent une solution à ce problème (…) On n’a plus la quiétude dans cette ville jadis paisible’’, explique Moussa Coulibaly, enseignant à la retraite, se souvenant de ‘’Bouaké avec ses grandes rues, son carnaval, sa piscine où il faisait bon vivre’’.
Tout au long de la soirée de mardi, plusieurs tirs à l’arme lourde et à la kalachnikov ont été entendus à Bouaké, épicentre de la crise militaro-politique de 2002 et de nombreuses mutineries de soldats depuis 2017, plongeant les populations de cette deuxième ville du pays dans un émoi sans précédent.
‘’Ma famille et moi nous sommes tous couchés à plat ventre au salon priant Dieu pour que ces crépitements assourdissants d’armes à feu cessent à jamais’’, s’était écrié, dans un entretien téléphonique accordé à APA mardi soir, un habitant du quartier Sokoura (Est de Bouaké).
Cette zone qui abrite les camps du Centre de coordination des décisions opérationnelles (CCDO) et de la 3è région militaire s’était transformée dans la même soirée en un véritable champ de bataille.
Les échanges de tirs à l’arme légère ont progressivement laissé la place à des tirs à l’arme lourde. Selon plusieurs sources concordantes,ces échanges de tirs opposaient deux factions rivales de l’armée notamment des soldats de la compagnie mixte du CCDO et des militaires du rang de la 3è région militaire.
Une information confirmée par téléphone dans la soirée de mardi par un riverain du poste du CCDO Bouaké. ‘’De nombreux militaires ont assiégé le camp du CCDO et ont automatiquement ouvert le feu en direction des positions de cette force’’, avait-il affirmé.
Pour l’heure, aucune information officielle n’est encore disponible sur ces affrontements, et les populations jouent à la carte de l’observation en restant terrées chez elles.
Dans la nuit de jeudi à vendredi dernier une altercation est survenue entre un équipage du CCDO et des soldats du Bataillon d’artillerie sol-sol (BASS) dans la ville de Bouaké.
Au cours de la dispute qui a suivi, des coups de feu ont été tirés par les protagonistes provoquant le décès par balle du sergent Dembélé Yacouba, faisant également un blessé, selon un communiqué de l’état -major des Forces armées de Côte d’Ivoire (FACI).

CK/ls/APA
Commentaires


Comment