Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Autonomisation économique, baisse des conflits agriculteurs-éleveurs: les femmes de Ganaoni- Sissedougou rendent hommage au Sous-préfet
Publié le jeudi 8 fevrier 2018  |  Abidjan.net
Autonomisation
© Autre presse par DR
Autonomisation économique, baisse des conflits agriculteurs-éleveurs: les femmes de Ganaoni- Sissedougou rendent hommage au Sous-préfet
Samedi 03 Février 2018, dans la région de la ‘’bagoué’’ dans le Nord de la Côte d’Ivoire,Les braves femmes de Sissedougou sous préfecture de Ganaoni ont organisé Une journée de reconnaissance et de gratitude au commandant.
Comment


Un soleil nouveau s’est levé sur la sous préfecture de Ganaoni, dans la région de la ‘’bagoué’’ dans le Nord de la Côte d’Ivoire. Les braves femmes de ce village ont acquis leur autonomie grâce aux actions de Koné Amadou, sous prefet de cette localité. Ces femmes désormais autonomes ont organisé, ce samedi 03 Février 2018 dans le village de Sissedougou, sous -préfecture de Ganaoni, une journée de reconnaissance et de gratitude à leur commandant.



Placée sous le parrainage de Sidiki Diakité, ministre de l’intérieur et de la sécurité, ces festivités, au cours desquelles les villageois ont fait montre de leur dextérité artistique à travers défilé, chants et danses traditionnelles esquissés par les associations de femmes et les populations sorties nombreuses, ont traduit allègrement leur profond sentiment de reconnaissance à cet administrateur civil diplômé de l’ENA et Docteur en économie.



La mobilisation de la jeunesse, des chasseurs traditionnels et associations des guérisseurs tradipraticiens du canton ‘’gbato’’ avec la présence très appuyée et appréciée des dignitaires coutumiers et religieux autour de ces braves et audacieuses femmes a donné à cette cérémonie une coloration singulière empreinte de sincérité et de satisfaction. Une raison de plus, et c’est de bon alois, pour Coulibaly Aoua, présidente de la coopérative de l’union ‘’ Kpatohognon ‘’du canton gbato “COOP-CAUKFCG” de clamer haut et fort sa joie ainsi que sa gratitude. « Nous avons décidé monsieur le sous préfet de vous rendre hommage en ce jour par la confection d’un pagne à votre nom, seul moyen pour nous d’exprimer notre reconnaissance pour vos bienfaits. Votre implication personnelle dans l’organisation de notre union, nous a permis de produire du riz et du maïs par la création des champs communs dont nous avons offerts à la cantine scolaire 9, 3 tonnes de vivres en 2016. Ensuite notre production est passée de 21, 3 tonnes en 2017 contre 9. 3 tonnes en 2016 ; Vous avez obtenu pour les femmes des batteuses pour leur faciliter la récolte du riz, vous avez obtenu pour le chef lieu une boulangerie dont les travaux sont en phase de finition, évitant de parcourir plus de 35 kilomètres pour avoir du pain en allant à Boundiali. Vous avez motivé notre fils Bakayoko Aboubakar à construire une usine de transformation de l’anacarde à Ganaoni dont le canton Gbato est une grande zone de production. Des unités de transformation dans les villages Sissedougou, Niempurgué, Mirimiri offrant ainsi 500 emplois aux femmes de la sous préfecture. Avec vous on ne parle que de développement… », s’est-elle réjouie.



Profitant du parrainage du premier responsable de l’administration territoriale, la présidente de la coopérative COOP-CAUKFCG, au titre des efforts et du don de soi, n’a pas manqué de relever le manque avéré de véhicule de commandement pour le sous préfet. Nonobstant ce déficit, constituant normalement un handicap dans l’exercice de sa fonction, le sous préfet à l’honneur, aux dires de Coulibaly Aoua, a eu le courage et la volonté de faire à moto plusieurs tournées dans les villages de la sous préfecture. « J’en ai pour preuve, vous avez accepté de visiter sans difficulté tous les champs des femmes des villages .Grâce à vous il y a moins de dégâts de culture, moins de conflits entre agriculteurs et éleveurs. Votre dynamisme et votre disponibilité à nos cotés nous arment davantage de courage et nous inspirent à poursuivre dans cette voie. L’union entre toutes les femmes de notre sous préfecture, qu’elles soient senoufo, malinké ou ressortissante d’ailleurs, nous ne faisons aucune distinction. Votre nom et vos actes resteront gravés dans l’histoire de la vie des femmes du canton ‘’gbato ‘’ », s’exprimait ainsi Coulibaly Aoua, reconnaissante.



La présidente de la coopérative COOP-CAUKFCG a étendu également son chapelet d’hommage aux personnalités et fils de la région dont les ministres Zémogo Fofana et son épouse, Bruno Koné. Elle a saisi cette opportunité pour égrener son chapelet de doléances notamment l’eau courante potable dans les villages, un tracteur agricole, des arrosoirs, des instants, herbicides.



Interrogé au cours de cette célébration en son honneur, le sous préfet de Ganaoni Dr Koné Amadou, entouré de ses pairs du corps préfectoral de la bagoué conduit par le préfet Gombadji Gueu Georges, des élus locaux, des enseignants, des cadres, a hautement apprécié cette marque de sympathie et de profonde considération. Expliquant les raisons de son engagement, il a souligné en ces termes: «vu les difficultés qu’elles vivent, le besoin d’organiser les femmes étant pressant sur le terrain et sans véhicule afin d’atteindre ces résultats que je me suis fixés, je me rendais à moto dans les villages et les champs de production ».



Selon Fofana Tongolio, conseiller chargé de la gestion des cantines scolaires à l’ IEP Boundiali, avec l’apport des femmes en vivres et non vivres aux cantines scolaires, les résultats scolaires ont connu une nette amélioration au niveau du canton ‘’gbato’’



Prenant la parole, le préfet Gombadji Gueu Georges a félicité les femmes d’avoir honoré l’un des leurs qui a mis en pratique le programme d’autonomisation des femmes voulu par le président de la république Alassane Ouattara. Il a lancé un appel aux parents en les exhortant à travailler de concert avec les femmes. « Chers parents mettons nous au travail avec les femmes …».

A son collaborateur, le préfet du département de Boundiali a exprimé des mots d’encouragements. « Nous sommes fiers de vous, nous les fonctionnaires on a besoins d’être stimulé… », a-t-il affirmé.



B. Touré à Korhogo
Commentaires


Comment