Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Lutte contre le racket : des acteurs ivoiriens sensibilisés

Publié le mardi 27 mars 2018  |  Abidjan.net
Atelier
© Autre presse par DR
Atelier de renforcement des capacités des membres des comités communaux de lutte contre le racket (CCLR)
Un atelier consacré au renforcement des capacités des membres des comités communaux de lutte contre le racket (CCLR) a eu lieu le mardi 27 mars 2018 à la Direction Générale de la Décentralisation et Développement Local sise au plateau, initié dans le cadre des activités de lutte contre le racket et de contrôle de la corruption au plan local.


Un atelier consacré au renforcement des capacités des membres des comités communaux de lutte contre le racket (CCLR) a eu lieu le mardi 27 mars 2018 à la Direction Générale de la Décentralisation et Développement Local sise au plateau,

« Initié dans le cadre des activités de lutte contre le racket et de contrôle de la corruption au plan local, cet atelier s’inscrit dans le processus normal d’amélioration des indicateurs de bonne gouvernance du Millénium Challenge Corporation (MCC) », selon une note d’informations dont Abidjan.net a reçu copie.

Dans son intervention, le Directeur Général de la Décentralisation et du Développement Local, Monsieur Lazare Dago Djahi, par ailleurs point focal du MCC au Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité a indiqué que le 22 juillet 2015 et le 29 avril 2016, les comités de lutte contre le racket des Communes d’Attécoubé et de Cocody ont été installés. Ces comités sont des plateformes de traitement de toutes les questions liées à la bonne gouvernance par l’amélioration de l’indicateur « contrôle de la corruption ».

Il a, au nom du Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, le Préfet Hors Grade, Sidiki Diakité, réitéré ses remerciements aux différents Maires, notamment ceux de Dabou, d’Attécoubé, de Cocody, de Grand-Lahou, d’Agou, de Gagnoa, de Yamoussoukro, de Bouaké, d’Abengourou, d’Aboisso, de Tiassalé, de Daloa et de Séguéla qui, non seulement, ont permis l’installation de ces comités dans leurs Communes respectives mais ne ménagent aucun effort pour les accompagner.

Il a également remercié le Ministre Joseph Dja Blé, Inspecteur Général des Services de Police, qui a été de tous les voyages, et qui, pour le compte du Ministre de l’Intérieur et de la sécurité, a présidé les différentes installations.

Enfin, le Directeur Général de la Décentralisation et du Développement Local a exprimé sa gratitude successivement à Madame Angoua Ehouman Chantal, point focal du programme « Partenariat pour un Gouvernement Ouvert (PGO) » et, par ailleurs, Conseillère Technique du Ministre de l’Industrie et des Mines et à Monsieur Moctar Touré, Coordonnateur de la cellule de suivi des indicateurs, aux managers des différentes catégories et aux points focaux des structures techniques.

Ouvrant l’atelier, Monsieur Amangoua Gérard, Manager de la catégorie Bonne Gouvernance de la cellule du suivi des indicateurs MCC, représentant le Coordonnateur de ladite cellule, a félicité le Directeur Général de la Décentralisation et du Développement Local dont la présence fut déterminante dans la mise en place de ce programme depuis 2015 ainsi que les membres des comités communaux.

Car, grâce aux efforts de tous, il a été obtenu, tour à tour, le treshold en 2015 et le compact du MCC en 2016. Le Président de la République, Son Excellence Alassane Ouattara, a paraphé, le 7 novembre 2017, l’accord de financement. Toutes les structures nécessaires pour le déblocage des fonds sont en train d’être mises en place. Ces fonds, sous la supervision des donateurs, les américains, seront utilisés pour de grands projets en faveur de nos populations dans le domaine de l’éducation, de la formation et des infrastructures routières.

Il a, enfin, engagé les participants à poser toutes les bonnes questions pour leur permettre d’être, plus tard, efficaces et utiles afin de garantir le succès de la mise en œuvre des activités liées à la lutte contre la corruption et le racket.

Cet atelier qui a porté sur l’élaboration d’un plan d’action ainsi que les outils et les modalités de la dénonciation publique a enregistré la présence d’une cinquantaine de participants.

R. K.
Commentaires


Comment