Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Médias : la vente des journaux a chuté de 17 % en 2017 en Côte d’Ivoire (CNP)

Publié le lundi 9 avril 2018  |  AIP
Cérémonie
© Présidence par DR
Cérémonie de Remise du Rapport d`activités 2017 du Conseil National de la Presse (CNP) au Président de la République
Cérémonie de Remise du Rapport d`activités 2017 du Conseil National de la Presse (CNP) au Président de la République, S.E.M. Alassane OUATTARA, ce lundi 09 Avril 2018, au Palais de la Présidence de la République.


Abidjan – Le président du Conseil national de la presse (CNP), Raphaël Lakpé, a annoncé, lundi, une chute de 17% de la vente des journaux en Côte d’Ivoire, lors de la remise du rapport annuel d’activités de son institution au président de la République, Alassane Ouattara.

Le marché de la presse a enregistré 32,4 millions exemplaires livrés pour 9,4 millions d’exemplaires vendus, soit un taux de vente annuel de 28,9%, à hauteur de trois milliards de FCFA, indique ce rapport, selon M. Lapké.

Comparativement aux statistiques de l’année 2016, qui enregistraient une vente de 11,3 millions d’exemplaires vendus pour un chiffre de ventes de 3,7 milliards FCFA, les ventes de 2017 sont en baisse, avec un taux de croissance négatif de (- 17,47%), ajoute-le le document.

A part quelques rares cas de menaces et d’agressions de journalistes par des individus non identifiés, aucun journaliste n’a été interpellé, ni emprisonné, ni n’a perdu la vie dans l’exercice de ses fonctions. Les journalistes ont bénéficié de nombreuses formations et de renforcements de capacités, souligne également ce rapport.

En ce qui concerne la régulation éditoriale, le CNP a enregistré 34 saisines, principalement pour la publication de droits de réponse, 12 autosaisines pour des transgressions des pratiques professionnelles. L’autorité de régulation a enregistré 191 interpellations et infligé 173 sanctions de premier degré et 26 sanctions de second degré.

Le CNP a aussi suspendu 15 entreprises de presse dans le cadre de la régulation économique pour non-conformité aux textes en vigueur.

« La presse ivoirienne est malade, mais elle se soigne. Son état s’améliore parce qu’aujourd’hui toutes les entreprises de presse présentes sur le marché sont régulièrement constituées. Tous les journalistes professionnels et professionnels de la communication sont répertoriés et travaillent à quelques exceptions près, dans un environnement de travail organisé qui garantit leur emploi », s’est félicité Raphaël Lapké.

Il a toutefois souhaité qu’il soit octroyé au CNP un fonds spécial pour des travaux d’études et de développement de la presse, et qu’un budget spécial soit alloué, en début de chaque période électorale, aux instances de régulation des médias et aux organes de presse de service public.

Cela, « pour leur permettre de satisfaire aux obligations induites par les dispositions spécifiques de la loi électorale, afin de garantir l’égalité du traitement de tous les candidats et la sincérité du scrutin », a-t-il expliqué.

Le paysage médiatique ivoirien compte 84 publications éditées par 66 entreprises de presse, contre 85 publications en 2016. Ces 84 publications se décomposent en 20 quotidiens, 35 hebdomadaires, 29 mensuels et autres périodicités, toutes tendances confondues.

Le classement mondial de la liberté de la presse en 2017 de Reporters sans frontière positionne la Côte d’Ivoire à la 81ème place, un gain de cinq places par rapport a 2016 où elle se classait au 86ème rang.

aaa/tm
Commentaires


Comment