Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Lutte contre le terrorisme : des policiers africains renforcent leurs capacités techniques à Abidjan

Publié le jeudi 19 avril 2018  |  Xinhua
Des
© Autre presse par DR
Des membres de la cellule terroriste AQMI


26 responsables de polices chargés de la gestion des frontières de la Côte d'Ivoire et des Etats du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad) sont réunis à Grand-Bassam (à 30 km d'Abidjan) en Côte d'Ivoire, dans le cadre d'une formation visant à renforcer leurs capacités techniques dans la lutte contre le terrorisme.

L'atelier de formation de cinq jours qui s'est ouverte mardi est à l'initiative de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). L'objectif est d'améliorer les capacités techniques des participants, de consolider les techniques pédagogiques nécessaires afin de transmettre les connaissances acquises à d'autres agents, et de renforcer les mécanismes de coopération frontalière entre les pays cibles.

Les menaces liées à la sécurité aux frontières sont une préoccupation croissante pour les pays d'Afrique de l'Ouest, suite aux récents attentats terroristes dans la région notamment au Burkina Faso et au Mali.

En Côte d'Ivoire, une attaque terroriste perpétrée, pour la première fois dans l'histoire du pays, le 13 mars 2016 sur la plage de Grand-Bassam, a fait 22 morts.

Des liens ont été mis à jour entre les assaillants de Grand-Bassam et ceux de Ouagadougou (Burkina Faso) et Bamako (Mali), et au total 38 personnes avaient été arrêtées en Côte d'Ivoire mais aussi au Burkina Faso, au Mali et au Sénégal, grâce à la coopération entre les différents services de renseignements ouest-africains et internationaux.

Pour l'OIM, la nécessité de renforcer les capacités techniques des agents en charge du contrôle aux frontières représente donc un sujet prioritaire pour les gouvernements de la région.

Au terme de la formation, les participants vont maîtriser, entre autres, les notions sur les migrations et les frontières, développer des aptitudes dans la préparation à la gestion des crises éventuelles aux frontières, partager des expériences et des bonnes pratiques au niveau régional afin de renforcer les mécanismes de coopération frontalière.
Commentaires


Comment