Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Côte d’Ivoire : quel sort pour les petits partis de la mouvance présidentielle ?

Publié le lundi 30 avril 2018  |  Jeune Afrique
Activités
© Abidjan.net par Serge T
Activités gouvernementales : passation de charges entre Cissé Bacongo et Gnamien Konan
Mercredi 19 mars 2014. Abidjan. Double cérémonie de passation des charges d’une part au Ministère de la Fonction Publique et de la Reforme Administrative et d’autre part au ministère de l’enseignement supérieur entre les ministres Cissé Bacongo et Gnamien Konan qui ont permuté. Photo : Gnamien Konan.


Alors qu’un accord politique a été signé le 16 avril dernier, en vue de la création du futur parti unifié RHDP, les quatre petits partis qui composent, avec le RDR et le PDCI, l’alliance au pouvoir depuis 2010, peinent à trouver leur unité, voire leurs marques.

Samedi 28 avril. Au palais de la culture de Treichville, à Abidjan, un millier de militants de l’Union pour la Côte d’Ivoire (UPCI, petit parti de la mouvance présidentielle du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix – RHDP) sont réunis en congrès extraordinaire, en vue d’adopter les textes du futur parti unifié. À la surprise générale, une grande majorité des militants votent « non ».

Par ce rejet du parti à unifier, l’UPCI de Brahima Soro marque ainsi sa frustration face au Rassemblement des républicains (RDR, parti présidentiel), accusé d’être glouton par la plupart des congressistes. Fondé par Gnamien Konan, avant la présidentielle de 2010, l’UPCI a été sorti du gouvernement par Alassane Ouattara, à la veille des législatives de 2016. Cause de la sanction présidentielle : l’entêtement de Gnamien Konan à présenter des listes, pour le compte de son parti, contre des candidats officiels du RHDP majoritairement choisis parmi les cadres du RDR et du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), les deux grands partis de la mouvance, en termes de nombre de députés et de par leur implantation.
... suite de l'article sur Jeune Afrique

Commentaires


Comment