Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Déstabilisation – Un mandat d’arrêt international émis contre Koné Katinan, le concerné contre-attaque, des pro-Soro visés

Publié le mardi 15 mai 2018  |  Pôle Afrique
Justin
© AFP par CHRIS STEIN
Justin Koné Katinan porte-parole de l`ex Président de la République Gbagbo Laurent
Samedi 7 septembre 2013. Ghana (Accra)


Dans un communiqué publié sur sa page Facebook ce mardi 15 mai, Justin Koné Katinan l’ex-ministre du budget de Laurent Gbagbo révèle être l’objet d’un mandat d’arrêt international émis par les autorités ivoiriennes. Le motif étant « une tentative de déstabilisation » de la Côte d’Ivoire son pays d’origine, depuis le Ghana où il est en exil. Mais le concerné ne se reconnaît pas dans les faits.

« Dans ce mandat d’arrêt, l’on m’inculpe de faits de déstabilisation allant de 2012 à 2017, sur la base des dires d’un certain Yedagn Louis Jacques alias Meité Souleymane. Ce dernier aurait dit lors de son interpellation, qu’il aurait participé à une réunion au Ghana avec un pasteur nommé Zouamé exilé au Ghana ; qu’au cours de cette réunion, ce pasteur « révélait que Koné Justin Katinan donnait directement des instructions aux chefs de guerre du Nord », raconte le collaborateur de l’ex-dirigeant de Côte d’Ivoire.

Pour Koné Katinan, cette accusation est sans fondement. Il l’a rejette et donne ses raisons. » Comme on peut le constater, une personne qui ne m’a jamais rencontré, dit avoir participé à une réunion, sans en préciser la date, à laquelle je ne participais pas, et qu’il aurait entendu, au cours de ladite réunion, une autre personne dont l’identité n’est même pas connue, du moins celle-ci se résume à une appellation (Zouamé) sans que l’on ne sache s’il s’agit d’un nom, d’un prénom ou même d’un surnom, dire que j’aurais donné des instructions » aux chefs de guerre du Nord » , sans que lesdits chefs de guerre, eux non plus, ne soient identifiés, et la nature des instructions, elles non plus ne soient précisée. Sur cette base et seulement celle-ci, un juge ivoirien a pu émettre un mandat d’arrêt international contre moi« , se justifie Koné Katinan.

Ainsi, suivant le contenu de ce mandat d’arrêt, pro-Gbagbo en exil et des hommes de Guillaume Soro, l’ex-patron des Forces Nouvelles, s’accorderaient pour un putsch contre le pouvoir d’Alassane Ouattara.

L’ex-ministre du budget de Laurent Gbagbo, qui vit en exil, révèle en outre que ce mandat d’arrêt est le troisième remis contre lui aux autorités du Ghana par le gouvernement ivoirien depuis début 2018. Selon lui ce dernier mandat constitue le quatorzième des faits et actes posés à son encontre et qui sont de nature à perturber son exil.

Koné Katinan justifie par ailleurs son démenti par une interdiction de séjour dans sa région natale -il est originaire du centre-nord (Niakara) de la Côte d’Ivoire- pour des « raisons politiques » à cause de la rébellion armée qui a secoué le pays dès septembre 2002.

Ce nouveau mandat d’arrêt serait signé selon Justin Katinan Koné par le Juge d’instruction, Kra N’dri.

L’ancien directeur du Cadastre proche de Laurent Gbagbo révèle la « visite nocturne par un commando » de son domicile » qui a été fouillé de fond en comble et pillé. »
... suite de l'article sur Pôle Afrique

Commentaires


Comment