Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Côte d’Ivoire : Justin Koné Katinan visé par un nouveau mandat d’arrêt international

Publié le samedi 19 mai 2018  |  Jeune Afrique
Justin
© AFP par DR
Justin Koné Katinan, s`insurge contre les 20 chefs d`accusation dont il est l`objet.
Mardi 11 juin 2013. Accra. L`ancien ministre ivoirien Justin Koné Katinan a affirmé mardi que les accusations de crimes économiques portées contre lui par son pays avaient des motivations politiques.


Selon la défense de Justin Koné Katinan, ce mandat d’arrêt international émis par la Côte d’Ivoire le 28 mars, et que JA a pu consulter, n’a pas encore été notifié au porte-parole de Laurent Gbagbo par la justice du Ghana, où il vit en exil.

Justin Koné Katinan n’en a pas fini avec la justice ivoirienne. En exil à Accra depuis le 11 avril 2011, le dernier ministre du Budget de Laurent Gbagbo est visé par un nouveau mandat d’arrêt international.

Le document, que Jeune Afrique a pu consulter, a été signé le 28 mars par le juge d’instruction du tribunal de première instance d’Abidjan, Ndri Kran, et le procureur de la République, Richard Adou. Selon la défense de Justin Koné Katinan, il a été émis au Togo, au Bénin et au Ghana, mais n’a pas encore été notifié à l’intéressé. Le mandat d’arrêt prie en effet « les autorités compétentes de la République du Bénin où il été aperçu, de rechercher, d’arrêter et de conduire à la maison d’arrêt la plus proche » l’actuel porte-parole de Gbagbo et indique que « l’inculpé serait (à la date d’émission du document) actuellement au Togo ».

« Nous avons été informés que trois autres mandats d’arrêt avaient été émis depuis le 28 mars », affirme-t-on dans l’entourage de Katinan. Le ministère de la Justice n’a pas souhaité réagir, et le procureur de la République n’a de son côté pas répondu aux sollicitations de JA.

Visé pour des faits de tentative de déstabilisation
Justin Koné Katinan est visé pour des faits de tentative de déstabilisation « allant de 2012 à 2017 ». La justice ivoirienne affirme avoir interpellé un certain « Jacques Louis Yedagn alias Souleymane Meïté », considéré comme l’un des meneurs « d’un vaste réseau de déstabilisateurs ayant pour objectif d’entreprendre un mouvement subversif d’envergure ». Un courrier adressé à un chef de guerre libérien dont il sollicitait l’appui militaire, aurait été retrouvé en sa possession.

Ledit Souleymane Meïté aurait déclaré aux enquêteurs avoir personnellement sillonné plusieurs villes du pays « en vue de mobiliser et galvaniser les chefs de guerre et leurs troupes ». Lors d’une de ces réunions, qui aurait eu lieu en 2016, un certain « pasteur Zoumé », lui aussi exilé au Ghana, aurait déclaré que Justin Koné Katinan « donnait directement des instructions aux chefs de guerre du Nord ». Le mandat d’arrêt ne donne pas plus de précisions.
... suite de l'article sur Jeune Afrique

Commentaires


Comment