Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Côte d’Ivoire: un proche de Soro accuse le gouvernement de manquer de "politique réelle d’identification"

Publié le lundi 21 mai 2018  |  Alerte Info
Ouverture
© Abidjan.net par E. Gadegbeku & Parfait Tchako
Ouverture de la 10e Conférence des Présidents de Parlements d`Afrique membres de l`APF (Assemblée Parlementaire de la Francophonie)
Jeudi jeudi 15 mars 2018. Lomé. Ouverture de la 10e Conférence des Présidents de Parlements d`Afrique membres de l`APF (Assemblée Parlementaire de la Francophonie). Jusqu`au 16 mars, ces parlementaires planchent sur le flux migratoire et ses impacts sur le développement de l’Afrique, la situation du G5 Sahel et d’autres thèmes connexes. 15 pays prennent part à cette 10è Conférence des Présidents de Parlements d`Afrique membres de l`APF. Guillaume Soro (photo), 1er vice-président de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie, et Président de l’Assemblée nationale de la Côte d’Ivoire fait partie des principaux invités à cette Conférence.


ABIDJAN - Le président du Mouvement pour la promotion des valeurs nouvelles en Côte d’Ivoire (MVCI), Félicien Sekongo, par ailleurs conseiller de Guillaume Soro, le président de l’Assemblée nationale, a accusé dimanche le gouvernement ivoirien de manquer de “politique réelle’’ pour mener le processus d’indentification qui “piétine’’ encore, à deux ans de la prochaine élection présidentielle.

“Sous le régime’’ du chef de l’Etat Alassane Ouattara, “l’identification piétine : manque d’une politique réelle d’identification caractérisée par l’incapacité de l’ONI (Office nationale de l’Identification) à fournir des pièces d’identité, le coût trop élevé, les tracasseries multiples dans la quête d’une carte d’identité’’, a dénoncé M. Sekongo, président du MVCI, mouvement politique proche de M. Soro, dans un communiqué.

A deux ans du prochain scrutin présidentiel et avant les élections municipales et régionales qui devraient se tenir avant fin 2018, le MVCI dit observer “que Ouattara, défenseur hier de la question de l’identité (…) ne montre aucune volonté politique réelle pour une identification réussie’’.

Abordant la question de la Commission électorale indépendante (CEI), dont l’opposition réclame avec insistance la réforme, M. Sekongo juge “caduque’’ le mandat de son président Youssouf Bakakoyo, qui selon lui, “a expiré en 2016’’.

En plus d’accuser M. Ouattara de fouler “aux pieds les principes élémentaires de la démocratie’’, il dénonce une CEI “caporalisée’’ par le pouvoir qui “ne rencontre pas l’adhésion des acteurs politiques’’.

Tout en exigeant “la mise en place d’une nouvelle CEI consensuelle et véritablement indépendante’’ et “ d’une véritable politique d’identification’’, le MVCI appelle “tous les partis politiques à (une) action concertée, pour la remise en selle du processus démocratique pris en otage par le régime Ouattara’’.

SKO
Commentaires


Comment