Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

3ème mandat, arme de dissuasion massive à l’intention de ceux qui y croient / Philippe Di Nacera

Publié le lundi 4 juin 2018  |  Pôle Afrique
Partenariat:
© Abidjan.net par Marc-Innocent
Partenariat: Politikafrique.info intègre le réseau Weblogy Média
Weblogy média, société éditrice de plusieurs sites internet gère désormais la communication publicitaire de votre site préféré Politikafrique.info, propriété de la société POLITIKAFRIQUE.INFO. Photo: Mr Philippe DI NACERA, DG Politikafrique.info


La toile et la presse se sont enflammées cette fin de semaine suite à une interview donnée par le Président de la République dans laquelle il a déclaré ce truisme : « La nouvelle constitution m’autorise à faire deux mandats à partir de 2020. Je ne prendrai ma décision définitive qu’à ce moment là, en fonction de la situation de la Côte d’Ivoire ».

C’est d’abord une vérité juridique d’évidence. C’est ensuite une vérité politique d’évidence.

Sur le plan juridique, la formule est incontestable. Les ivoiriens ont voté en 2016 pour une nouvelle Constitution qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels. Monsieur Ouattara ayant été élu pour deux mandats successifs sous l’égide de l’ancienne Constitution, et la nouvelle ayant été promulguée sous son second mandat, la mise en œuvre de ce nouveau texte l’autorise à se représenter. D’autant que la limite d’âge y a été supprimée.

Sur le plan politique, le Président Ouattara a toujours dit en de nombreuses circonstances qu’il ne souhaitait pas faire plus de deux mandats à la tête de la Côte d’Ivoire. Certes, les circonstances politiques peuvent toujours changer et amener une personnalité avisée à changer également de position. Cela s’est vu partout. Mais, en l’espèce, cette déclaration vise plutôt à tenir en respect ses amis politiques, ses alliées politiques, ses opposants politiques et même la population. Voici pourquoi.
... suite de l'article sur Pôle Afrique

Commentaires


Comment