Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Mécanisme de réduction des risques - Les menaces pour l’investissement en Afrique identifiées et adressées

Publié le jeudi 28 juin 2018  |  Minutes Eco
Économie:
© Abidjan.net par Marc ATIGAN
Économie: ouverture de la 18ème Assemblée Générale Annuelle de l`Agence pour l`Assurance du Commerce en Afrique
Abidjan le 27 Juin 2018. La 18ème Assemblée Générale de l`Agence Africaine pour l`Assurance du commerce en Afrique s`est ouverte ce jour à la salle des Fêtes du Sofitel Hôtel Ivoire. Siaka Fanny, représentait le Ministre en charge de l`Economie et des Finances, Adama Koné.


Une table ronde s’est tenue ce mercredi 27 juin 2018 à Abidjan en prélude à la 18e Assemblée Générale annuelle de l’Agence pour l’Assurance du Commerce en Afrique (ACA), qui s’ouvre ce jeudi matin. C’est la 5ème du genre organisée par l’agence. Elle a été marquée par un panel de haut niveau au cours duquel les intervenants ont touché du doigt les problèmes liés à l’investissement en Afrique.

Représentant le ministre de l’Economie et des Finances, Adama Koné, le conseil technique Siaka Fanny a indiqué que la problématique de l’investissement est, comme dans tous les pays africains, un défi majeur à relever. Pour lui, l’ACA est un outil efficace de promotion de l’investissement en Afrique et un mécanisme de réduction des risques qui contribue effectivement au relèvement du niveau des investissements sur le continent. « L’Aca est l’assureur de dernier recours, Il permet de consolider les acquis et envisager des perspectives meilleures, favorisant ainsi les investissements productifs et sûrs », a déclaré Siaka Fanny, qui appelle les pays à adhérer à l’agence, afin de fédérer les efforts pour relever les défis.

Le directeur général de l’ACA, Georges Otieno, admet également que l’attractivité des investissements productifs pour le développement de l’Afrique reste un défi. Il a soutenu que les financiers internationaux perçoivent encore le risque de l’Afrique trop élevé et ne font pas de distinction entre les régions. Cette situation est préoccupante, de son avis, même si le risque pays est beaucoup moins élevé aujourd’hui qu’il ne l’était il y a dix ans. Cette situation a pour conséquence la réduction de l’investissement sur le continent. Pour lui, la réunion d’Abidjan devrait permettre aux experts de la finance et de l’assurance ainsi qu’aux ministres des finances de l’Afrique de débattre des questions cruciales de la hausse du niveau de la dette souveraine et des menaces de l’investissement pour l’investissement sur le continent.
... suite de l'article sur Autre presse

Commentaires


Comment