Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Un Juge veut poursuivre l’Etat de Côte d’Ivoire et l’Inspecteur général des services judiciaires

Publié le jeudi 5 juillet 2018  |  Abidjan.net
Symbole
© Autre presse par DR
Symbole de justice


Magistrat du Parquet et président par intérim du Syndicat des magistrats de Côte d’Ivoire (SYMACI), Grah Ange Olivier est en situation conflictuelle avec sa hiérarchie qui, selon lui, lui reproche "ses déclarations dans la presse".

Lors d’une conférence de presse qu’il a animée lundi dernier, il a accusé ses pairs d’être des "détracteurs" dénonçant une procédure "anti-constitutionnelle" contre sa personne.

par conséquent, il entend "porter plainte cette semaine, contre l’Etat de Côte d’Ivoire et l’Inspecteur général des services judiciaires".

« J’ai décidé de poursuivre l’Etat de Côte et l’Inspecteur général des services judiciaires devant les juridictions pour voie de fait » a déclaré le magistrat Grah Ange Olivier.

« Les textes de la Constitution de 2000 ont aboli les lois de poursuite contre un magistrat » a-t-il fait savoir.

« Je vais déposer la plainte dans la semaine et je ne demanderai que le franc symbolique. C’est une affaire de protection d’une corporation. Je n’ai pas peur et j’ai la conviction que l’Inspecteur général des services judiciaires ne réussira pas, » persiste-il.

« C’est l’Inspecteur qui a initié l’action, c’est lui le magistrat instructeur, c’est lui qui va faire des propositions de sanctions et c’est lui qui va juger. Il est à toutes les étapes de la procédure, cela n’est pas correcte » s’est insurgé Grah Olivier.

En outre, il a lancé un appel au ministre de la Justice et des Droits de l’Homme en lui rappelant "qu’il ne doit pas poursuivre, une personne pour avoir usé de la liberté d’expression".

Pour lui, "le ministre des Droits de l’Homme doit respecter la liberté syndicale, considérée comme sacrée les droits de la défense, doit respecter la légalité des poursuites".


CK
Commentaires


Comment