Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Un "rat des domiciles" prend cinq ans de prison à Dimbokro

Publié le vendredi 24 aout 2018  |  AIP
Cloture
© Autre presse par DR
Cloture d`une prison


Dimbokro - Koffi Ernest, 25 ans, célibataire sans enfant, récidiviste qui écumait les domiciles, a été reconnu coupable de vol avec effraction portant sur la somme de 500.000 FCFA dans une concession à Kouadiotèkro dans la sous-préfecture de Tiémélékro, par le tribunal de Dimbokro qui l’a condamné à cinq ans de prison ferme.

Le 14 août, aux environs de 14 h, Koffi Ernest profitant de l’absence des membres de la famille de monsieur S.K Jean Pierre, s’introduit dans leur cour clôturée avec des briques entassées. Ne parvenant pas à escalader la clôture, il la démonte et se fraie un chemin. Une fois dans la cour, il fracture la porte de la maison et fait main basse sur une enveloppe contenant 500.000 FCFA.

Le forfait accompli, Koffi Ernest, pressé de quitter les lieux bouscule les meubles dont le bruit attire l’attention du beau-père de S.K Jean Pierre venu rendre visite à la famille. Le bandit, sentant le danger s’éjecte de la maison et prend ses jambes à son cou. Durant une trentaine de minutes, une course poursuite s’engage alors entre les deux hommes, les conduisant dans les broussailles hors du village où le malfrat sème son poursuivant. Caché dans les hautes herbes, il observe les va-et-vient incessant du beau-père de Jean-Pierre qui finira par le surprendre et le conduire à la gendarmerie.

Dans sa garde à vue, les choses se compliquent pour lui. Il est reconnu par une de ses victimes qui affirme avoir reçu la visite du bandit le 31 juillet. A la barre où il comparaissait mercredi, l’homme n'a pas nié les faits qui lui sont reprochés. Il collabore sans difficultés.

« Je reconnais les faits qui me sont reprochés mais l’enveloppe contenant les 500 000 FCFA est tombée derrière moi quand on me poursuivait, et c’est seulement les carnets de santé du père et de sa fille que je prenais pour des carnets d’épargne que j’ai», a raconté Ernest à la barre. Le tribunal qui a estimé que Ernest est un danger public l’a condamné à cinq ans de prison ferme.
(AIP)
ik/tm
Commentaires


Comment