Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Macro-économie, secteur de l’énergie, système financier… - Le FMI évalue la performance de l’économie ivoirienne à fin juin 2018

Publié le jeudi 20 septembre 2018  |  Minutes Eco
Lancement
© Ministères par DR
Lancement d`une mission du Fonds monétaire international (FMI) en Côte d`Ivoire
Mercredi 19 septembre 2018. Abidjan. Une mission du Fonds monétaire international (FMI) a débuté ce jour en Côte d`Ivoire au Cabinet du ministre de l`économie et des finances, Adama Koné.


La quatrième mission d’évaluation du Programme Economique et Financier, soutenu par la Facilité élargie de crédit (FEC) couplée avec le Mécanisme élargi de crédit (MEDC), pour la période 2016-2019 a débuté ses travaux ce mercredi 20 septembre 2018, au 20ème étage de l’immeuble Sciam, à Abidjan Plateau. A l’ouverture de ces travaux, le ministre de l’Economie et des Finances, Adama Koné, qui avait à ses cotés le secrétaire d’Etat chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat, Moussa Sanogo, a indiqué que « cette mission consiste à passer en revue les différents critères de performance et repères indicatifs définis conjointement avec le FMI, au regard des évolutions de l’économie à fin juin 2018. » Pour sa part, le chef de la mission FMI, Céline Allard, nouvellement en poste, a déclaré que son équipe est à l’écoute de l’administration financière ivoirienne. Elle est disposée à travailler de concert avec l’Etat ivoirien, à la réussite de ses objectifs de croissance soutenue, durable et inclusive.

Les trois principaux axes de la mission

Elle a indiqué que cette 4ème revue du programme qui rendra ses résultats le 3 octobre prochain a pour objectif d’aider à préserver la stabilité macro-économique de la Côte d’Ivoire, en arrivant à maintenir une croissance forte. La stratégie de la mission se décline autour de trois principaux axes. Le premier, c’est le cadrage macroéconomique, avec la nécessité d’arrêter des taux de croissance consensuels pour les années 2018 et 2019. Dans ce cadre, des échanges porteront, précise Céline Allard, sur la convergence vers la norme budgétaire de 3% du PIB pour le déficit budgétaire pour l’année prochaine.
... suite de l'article sur Autre presse

Commentaires


Comment