Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Côte d’Ivoire: du charbon bio produit à partir de résidus de cabosse de cacao

Publié le samedi 3 novembre 2018  |  APA
Une
© APA par DR
Une unité de production de charbon bio à partir de résidus de cabosse de cacao sera mise en place à Affery, une localité située dans le Sud de la Côte d`Ivoire.


APA - Une unité de production de charbon bio à partir de résidus de cabosse de cacao sera mise en place à Affery, une localité située dans le Sud de la Côte d'Ivoire.

Cette technique de production de charbon bio a notamment pour avantage de protéger l'environnement et de lutter contre les maladies respiratoires, rapporte une note d’information transmise vendredi à APA par le mécanisme international « Réduction des émissions de gaz à effet de serre issues de la déforestation et de la dégradation des forêts» ( REDD+), un projet visant à lutter contre la déforestation dans le pays.

« L'association des propriétaires de forêts naturelles et plantations d'Afféry ( APFNP) selon son président Gaoussou Koné, a reçu 5 millions FCFA pour une opération de reboisement sur une superficie de 15 hectares dans le cadre de la mise en œuvre du projet REDD+ de la Mé ( Adzopé, 105 km au Nord d’Abidjan).

L'APFNP a également obtenu une subvention de 9 millions FCFA pour la mise en place d'une unité de production en vue de la fabrication du charbon à partir de résidus de cabosse de cacao », indique le REDD+.

Cette technique de production de charbon, explique la note, a pour avantage de « diminuer les pressions sur les forêts, de protéger l'environnement et de réduire les maladies respiratoires des femmes car ne dégageant pas de fumée ».

En plus de cet avantage, la production d'un kilogramme de ce charbon fabriqué à partir de résidus de cabosses de cacao revient à 150 FCFA contre 300 FCFA pour le charbon produit avec du bois, souligne le texte.

Une session de sensibilisation des populations de la région de la Mé sur le changement climatique et le mécanisme REDD+, s'est achevée vendredi dernier à Yakassé Attobrou ( Sud-Est ivoirien) après plusieurs villes visitées.

A cette occasion, les autorités préfectorales de cette localité se sont engagées à œuvrer à la restauration du couvert forestier ivoirien. « Si nous ne prenons garde, l'avenir de nos enfants et petits-enfants risque d'être une illusion, ce à quoi les populations de Yakassé Attobrou disent non et se mobilisent pour faire du mécanisme REDD+ un instrument de lutte contre le changement climatique», a promis Kassoum Coulibaly, le préfet de ce département.

Plusieurs autres localités de cette région ont été visitées par les émissaires du REDD+ en vue de promouvoir la restauration du couvert forestier ivoirien.

La Côte d'Ivoire a perdu 75% de ses forêts en 50 ans passant de 16 millions d'hectares en 1960 à 3,4 hectares en 2015. Le mécanisme international REDD+, né en 2005, est une approche d'atténuation des changements climatiques.

La Côte d'Ivoire a adhéré à ce mécanisme international depuis juin 2011 en vue de contribuer aux efforts internationaux de lutte contre les changements climatiques et pour restaurer son couvert forestier.

LB/ls/APA
Commentaires


Comment