Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Une fédération pour la protection des intérêts des producteurs de café-cacao

Publié le samedi 8 decembre 2018  |  AIP


Man- La Fédération des organisations des producteurs de café cacao (FOPCC), a été présentée à Man comme étant une interface mis en place pour une meilleure prise en compte des intérêts des producteurs qui souffraient de leur désunion.

«La fédération est là pour tout ce qui est bon pour le producteur. Elle est là pour régler nos problèmes. Les autorités administratives et coutumières et autres ont un interlocuteur aujourd’hui qui est la fédération. Elle est l’interface entre les producteurs et les autorités. Le FOPCC est mise en place parce que les producteurs souffrent de leur désunion, de leur manque d’humilité, parce qu'à un moment donné tout le monde voulait être président finalement, personne ne voulait être militant», a expliqué l’un des vices précédents de cet interface, Siafa Maniga.

Il a été soutenu dans son assertion par la meilleure productrice de café-cacao 2018 venant de Duékoué, Kouaglou Victorine, également membre fondatrice de la FOPCC. «En allant en rang dispersé on a jamais rien. On est toujours en train de courir, faire la courbette devant les gens. Aujourd’hui, on veut être autonome, être écouté par les multinationales, c’est pourquoi on a mis cette fédération en place», a-t-elle soutenu.

Le directeur régional Conseil du café-cacao, Doumbia Siaka, a pour sa part expliqué que l’ordonnance qui crée le Conseil du café-cacao a une clause qui donnait l’ouverture à la création d’une interprofession et que c’est dans cette dynamique que la fédération a été créée.

«L’ordonnance qui nous créé, créé également la fédération. Et la fédération est là aujourd’hui pour apporter un appui du Conseil du café cacao dans le cadre de ses activités (…). La FOPCC est une interface entre le Conseil du café-cacao et les producteurs et c’est vraiment intéressant dans la mesure où on a un interlocuteur précis, et on a un seul langage. Et là c’est bien facile de mettre en place une plateforme de travail pour que toutes les actions que nous menons soient faites dans de bonnes conditions et soient uniformisées pour le bonheur des producteurs», a ajouté M. Siaka.

Cette rencontre a permis aux producteurs présents de savoir qu’ils seront recensés en 2019 et qu’ils doivent adhérer à la FOPCC et collaborer avec ses points focaux qui seront sur tout le territoire national.


amak/kam
Commentaires


Comment