Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Économie
Article
Économie

Corruption- L’Etat perd des milliards par des arrangements, commerçants, douaniers, policiers et agents des impôts épinglés

Publié le lundi 24 decembre 2018  |  Pôle Afrique
Internet/
© Autre presse par DR (Photo d`archive utilisée juste a titre d`illustration et ne correspond pas forcément avec le contenu de l`article)
Internet/ Nexoo installe du WiFi gratuit dans les quartiers d’Abidjan
Photo: vue aérienne de la ville d`Abidjan.


Et si la cherté de la vie en Côte d’Ivoire venait du manque à gagner de l’Etat au niveau du recouvrement des impôts ? Chaque année des milliards de FCFA, en l’absence de chiffres consolidés officiels, sont aspirés par la corruption et certaines activités génératrices de revenus, au noir qui échappent au contrôle des autorités. Une perte énorme qui rend le pays impuissant face à la flambée des prix. Poleafrique.info y jette un regard.

Des pratiques peu orthodoxes plombent l’économie ivoirienne et sont dénoncées par les bailleurs de fonds, les ambassades et autres organisations de promotion de la bonne gouvernance. A côté, il y a comme une volonté manifeste des pouvoirs publics de laisser perdurer les mauvais comportements qui font perdre de l’argent à l’Etat au profit des individus. Dans plusieurs localités en Côte d’Ivoire, de petits commerces ou entreprises, préfèrent des « arrangements », au respect scrupuleux de la loi fiscale. Et cette pratique touche plusieurs secteurs d’activités. Selon plusieurs sources, un forfait est par exemple appliqué aux droits de douane sur les marchandises importées dans le pays par des commerçants. Les réseaux à la douane et aux impôts sont chargés de “gérer” les dossiers de leurs camarades depuis le port d’Abidjan jusqu’à dans les magasins.

Le cas de ces commerçants est plus parlant. Selon la source de PôleAfrique.info, “c’est à partir du vendredi nuit que leurs marchandises sortent des containers non inspectés par les services des douanes”.
... suite de l'article sur Pôle Afrique

Commentaires


Comment