Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Politique
Article
Politique

Côte d’Ivoire: le gouvernement «prend note» de l’acquittement de Gbagbo et de Blé Goudé

Publié le mercredi 16 janvier 2019  |  APA
Conseil
© Abidjan.net par Marc Innocent
Conseil des Ministres du 06 Août 2018
Abidjan le 06 Août 2018. Le Président de la République SEM. Alassane Ouattara, a présidé ce lundi, un conseil des Ministres. Photo : Sidy Tiémoko Touré, Ministre de Communication et des Médias, Porte-Parole du Gouvernement


Abidjan (Côte d’Ivoire) - Le gouvernement ivoirien a indiqué , mercredi qu’il «prend note» de la décision de la Cour pénale internationale (CPI) qui a ordonné, mardi, « l'acquittement » et la « libération immédiate » de l'ancien président Laurent Gbagbo et son ex-ministre de la jeunesse, Charles Blé Goudé.

Dans un communiqué lu par son porte-parole, Sidi Touré, ministre en charge de la communication au terme d’un Conseil des ministres, le gouvernement « prend note de la décision » de l’acquittement de même que de la décision du Procureur de faire appel à cette décision.

Les juges de la Cour pénale internationale (CPI) ont rejeté, mercredi après-midi, cet appel introduit par le procureur demandant la poursuite de la détention de l'ex-président ivoirien et l'ancien leader des Jeunes Patriotes.Toutefois, la Cour a demandé « au greffe de la CPI de garantir le retour » de Gbagbo et de Blé Goudé « au siège de la Cour quand celui-ci sera nécessaire ».

Par ailleurs, le gouvernement annonce « des mesures additionnelles au plan matériel et financier » en vue de soutenir les victimes. En outre, il appelle les populations « au calme et à la réconciliation ».

Mardi, la Cour pénale a décidé « l'acquittement » et la « libération immédiate » pour l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et son ex-ministre de la jeunesse, Charles Blé Goudé.

Les deux hommes étaient poursuivis depuis 2011 pour quatre chefs de crimes contre l'humanité commis pendant la crise postélectorale ivoirienne de 2010-2011 qui a fait officiellement 3000 morts.

SY/hs/ls
Commentaires


Comment