Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Économie
Article
Économie

Côte d’Ivoire: lancement d’un projet de compétitivité de la chaîne de valeur de l’anacarde

Publié le vendredi 25 janvier 2019  |  APA
Le
© APA par Saliou AMAH
Le directeur général du Conseil coton-anacarde,  Adama Coulibaly, coordinateur du projet de Promotion de la compétitivité de la chaîne de valeur de l’anacarde (PPCA) 


Abidjan (Côte d’Ivoire) - Un projet de Promotion de la compétitivité de la chaîne de valeur de l’anacarde (PPCA) a été lancé, jeudi, à Abidjan pour un montant de 107 milliards de Fcfa, notamment financé par la Banque mondiale (BM).

Ce projet vise à accroître la productivité, la qualité et la valeur ajoutée du cajou au profit des petits exploitants agricoles et de l’industrie de la transformation du cajou en Côte d'Ivoire, a indiqué le directeur général du Conseil coton-anacarde, Adama Coulibaly, coordinateur du projet.

Il met un cap sur la transformation des noix de cajou et devrait permettre le développement des infrastructures adéquates, le renforcement de nouvelles capacités de stockage via la réhabilitation des entrepôts et magasins, puis l’accès au marché des noix brutes.

Quelque 2.100 Km de routes rurales devraient en outre être réhabilitées et entretenues pour faciliter l’évacuation des produits vers les magasins intérieurs, renforcer le dispositif de traçabilité et de contrôle qualité pour créer de « bonnes conditions de mise à marché ».

Quatre zones agro-industrielles ont été choisies pour la construction d’usines, notamment dans les régions du Gbeke (centre), du Gontougo (est), du Poro (nord) et du Worodougou (nord). Des études techniques devraient être finalisées impliquant la sauvegarde environnementale et sociale.

Le ministre ivoirien du Commerce, de l’industrie et de la promotion des PME, Souleymane Diarrassouba, représentant le Premier ministre, s’est réjoui de ce prêt accordé par la Banque mondiale. Il s’inscrit dans le cadre du mécanisme de financement dit « BIRD-Enclave » de l’institution.

C’est pour la première fois que le financement BIRD-Enclave est utilisé dans le secteur agricole en Côte d'Ivoire, a fait savoir le directeur des opérations de la Banque mondiale, Pierre Laporte. Ce projet s’attaque à la problématique de la compétitivité et de la création d’emplois dans le secteur.

Grâce à la transformation locale, le plein potentiel de création d’emplois de la filière anacarde est estimé à 440.000 dont au moins 60% aux femmes, selon M. Diarrassouba. La Côte d'Ivoire, premier producteur mondial d’anacarde, a atteint par ailleurs un taux de transformation de 10% en 2018.

La production de noix de cajou dans le pays a connu ces dernières années « une progression importante, passant de 400.000 tonnes en 2011 à plus de 760.000 tonnes en 2018, soit une hausse de près de 100% », a fait observer le ministre ivoirien du Commerce.

Le gouvernement ivoirien a autorisé en mars 2016 la structuration du financement BIRD-Enclave en vue de promouvoir le développement de l’agro-industrie en Côte d'Ivoire. Il s’agit d’accélérer la transformation locale de l’anacarde et du cacao.

AP/ls
Commentaires


Comment