Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Économie
Article
Économie

Business et management: Les clés pour maintenir sa société à flots

Publié le vendredi 1 fevrier 2019  |  Esprit
Business
© Autre presse par DR
Business et management: Les clés pour maintenir sa société à flots


Je n’invente rien en affirmant qu’a priori, le but premier de celui qui crée une entreprise est d’en tirer des bénéfices. En ce sens, l’expression « maintenir sa société à flots » est très explicite. Quoi qu’il advienne il faut mettre en place tous les moyens nécessaires pour que cette activité produise des résultats positifs.

Cela passe par différents moyens et s’appuie sur plusieurs piliers et outils parmi lesquels les Femmes et les Hommes qui la font tourner. Toutefois, même si tout le monde s’accorde à dire que les ressources humaines sont la première richesse d’une entreprise, le pilote de ce projet doit s’assurer qu’en plus de bien gérer ses hommes, il doit également se munir d’un tableau de bord et veiller à en suivre scrupuleusement certains indicateurs de premier rang. C’est l’ensemble de ces indicateurs qui permettra de garder une bonne visibilité et d’assurer ainsi la pérennité de l’entreprise.

1. Le nerf de la guerre : la trésorerie
On va parler ici de la notion de flux de trésorerie. Plus la balance de ces flux est positive ou encore excédentaire, plus l’activité sera considérée comme solide et
prometteuse. Pour ce faire, il y a de nombreuses méthodes qui peuvent être utilisées de façon concomitante de sorte à améliorer le plus possible la trésorerie, par une meilleure utilisation des fonds, une réduction des coûts, une réduction de certaines charges financières par exemple, etc. Instituer des incitations pour ceux de vos clients qui
paient vite et bien, et mettez en place des pénalités pour
les retardataires. Cela va améliorer sans aucun doute la rentabilité de votre trésorerie.

2. Les Tableaux de bord
Dans une entreprise où on est quasiment seul à tout faire, il faut avoir des outils essentiels pour ne pas s’éparpiller et qui permettent de sonner l’alerte quand il y a panique à bord. Le concept de la To Do List peut paraître « puéril » mais il permet de s’assurer de ne pas passer à côté d’éléments clés pour le fonctionnement quotidien de l’activité, tels que les délais de déclaration administratives, les dates de paiements de certaines factures essentielles, les relances de fournisseurs ou autres clients, les échéances bancaires, etc. Il faut éviter de piloter à vue, et optimiser la gouvernance pour une performance maximisée. Dans le même sens, l’utilisation de tableaux de bords financiers permettra également de mieux naviguer, d’avoir une idée plus précise de ce que nous réserve l’avenir et en cas d’identification de points de blocage, être en mesure de les anticiper et d’identifier les leviers pour les surmonter. Pour que cette partie qui, par définition est la moins drôle, ne devienne pas un cauchemar, il est important de ne pas se compliquer la tâche avec des outils trop lourds et trop complexes. Il n’est pas nécessaire d’intégrer trop de complexité dans le dispositif qui sera mis en place.
La clé de tout ce dispositif consiste à laisser une bonne place à des personnes extérieures, des professionnels, capables de vous accompagner, d’identifier plus facilement et plus objectivement, avec leur regard extérieur, toutes les embûches, et toutes les mauvaises pratiques que vous mettez en place mais qui ne vous seront pas favorables.

3. La gestion de ses équipes
Qu’il s’agisse d’une toute petite entité avec un seul collaborateur, ou la société de bonne taille employant une centaine de collaborateurs, il y a toujours une problématique centrale autour des Hommes. Cette situation est accentuée en période de crise. Si l’entreprise rencontre des difficultés, il faut encore plus s’assurer que vous avez le soutien de vos équipes. D’où l’importance de bien les connaitre et surtout de partager avec elles, un maximum d’informations, de les mettre le plus possible à contribution, de les impliquer autant que faire ce peut, dans la gestion de l’entreprise. Plus ils seront tenus informés de l’actualité de l’entreprise, de sa vie au quotidien, et plus ils seront déterminés à participer à l’aventure, aussi bien dans les bonnes périodes que dans les moments difficiles. Être capable de les écouter, de comprendre leurs inquiétudes, leurs interrogations, permet de créer un climat de confiance qui n’a pas de prix dans des moments de doutes et d’angoisses. Il faut montrer à chacun l’importance que sa présence revêt pour le groupe mais également son apport à titre individuel. La motivation des troupes passe également par des outils de motivation plus « pécuniaires », et cet aspect ne doit pas être occulté, même en période délicate. La gestion d’une entreprise, aussi petite soit elle, n’est pas chose aisée, mais un brin d’organisation, de préparation et de vision permet de s’en sortir sans trop de mal.
Il faut surtout bannir le « One Man Show » et ne pas hésiter à se faire aider, par ses collaborateurs, par des conseils, externes à l’activité, etc.



Joël-Eric MISSAINHOUN
Commentaires


Comment