Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Économie
Article
Économie

Korhogo: lancement des activités du comité de suivi de la commercialisation de l’anacarde 2019

Publié le vendredi 8 fevrier 2019  |  Abidjan.net
Korhogo:
© Abidjan.net par Aly O.
Korhogo: lancement des activités du comité de suivi de la commercialisation de l’anacarde 2019
En prélude du démarrage de la campagne commerciale 2019 de l`anacarde. Deux ateliers relatifs au projet de promotion de la compétitivité de la chaîne des valeurs de l’anacarde (PPCA), suivi du lancement des activités des comités de veille et de suivi de la commercialisation de l’anacarde 2019 ont été présenté les 05 et 06 janvier 2019 aux acteurs de la filière de la région du poro au Nord de la Côte d’ivoire.


Le démarrage de la campagne commerciale 2019 de l’anacarde est fixé au 15 Février 2019, selon le communiqué du dernier conseil des ministres. En prélude à cela, deux ateliers relatifs au projet de promotion de la compétitivité de la chaîne des valeurs de l’anacarde (PPCA), financés à 137 milliards CFA dont 103 milliards FCFA par la Banque Mondiale, 20 milliards par le secteur privé et 14 milliards par la Côte d’Ivoire, suivis du lancement des activités des comités de veille et de suivi de la commercialisation de l’anacarde 2019 ont été présentés les 05 et 06 janvier 2019 aux acteurs de la filière de la région du Poro au Nord de la Côte d’ivoire.

Les acteurs de la filière, les autorités administratives et coutumières de la région du Poro ainsi que les forces de défense et de sécurité ont été alors instruits non seulement des nouvelles mesures liées au projet de promotion de la compétitivité, de la chaîne des valeurs de l’anacarde mais également de nouvelles mesures relatives à la campagne de commercialisation au titre de l’année 2019. Et ce, au regard de l’ordonnance présidentielle « No 2018-437 du 03 Mai 2018 portant répression de la commercialisation et de l’exportation illicites des produits agricoles soumises ».

Les experts de la noix de cajou du conseil coton et de l’anacarde, Dr Ouattara Gnirié Mariam, directeur de la production, Mamadou Doumbia, directeur de la commercialisation, Noel Tamani, spécialiste des infrastructures rurales du PPCA…ont fait des présentations relatives au PPC concernant le mécanisme de subventions à coûts partagés pour le financements de projets qui s’inscrivent dans le cadre des mesures de soutien aux acteurs de la filière anacarde. Sans oublier de mentionner la ligne de financement pour un soutien partiel de 50 à 80% aux acteurs pour la réalisation de leurs investissements dont les bénéficiaires sont les entreprises locales de transformation, les acteurs du secteurs privés notamment les OPA, PME, Micro financement , promoteurs d’entrepôts de sctokage ; les femmes et les jeunes exerçant dans des activités de la production de l’anacarde.

Dr Ouattara Gniré Mariam, en charge de la production approchée, a souligné que le PPCA est une véritable opportunité pour le développement durable de la filière anacarde. Elle a par ailleurs précisé que l’objectif du PPCA est d’accélérer l’industrialisation et booster la transformation locale. « Nous avons besoin d’une qualité meilleure dont l’amélioration de la productivité est basée sur plusieurs axes notamment la mise sur pied du programme national de la recherche de l’anacarde, mettre à la disposition des producteurs des clones à haut rendement de plus d’une tonne l’hectare. L’arrivée des prestataires privés pour aider les producteurs à mettre à niveau leurs vergers puis la stratégie d’intensification de la culture de l’anacarde à travers de meilleurs rendements, de meilleure qualité et la mise sur pied du matériel végétal afin de greffer les plantations existantes et mettre à la disposition d’éventuels créateurs de vergers des plants à haut rendement».

Selon Jean Paul Kablan, préfet du département Sinematiali, « la culture de l’anacarde a un avenir radieux et tout ce qui a été dit au cours de ces deux jours nous ramène à la qualité. Les planteurs doivent y prendre conscience pour que la qualité sur le plan international soit de mise et nous en tant que préfet allons nous atteler à les accompagner ».

Soro Yaya, Président du Conseil d’Administration de la Fédération Nationale des Cajouculteurs de Côte d’Ivoire (FENACAJOU CI) et Coulibaly Brahima, président de l’Organisation des Acheteurs des Produits Agricoles de Côte d’Ivoire (OAPACI) section Korhogo ont affirmé: «nous sommes satisfaits du PPC et des nouvelles décisions prises par l’Etat ivoirien en vue de l’amélioration des conditions de vie des cajouculteurs. Nous exhortons les participants à être des relais de ces ateliers dans leurs bases afin que les paysans produisent la meilleure qualité et surtout songer à l’organisation interprofessionnelle (OIA) dont tous les collèges sont constitués ». La Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial de la noix de cajou avec plus de 700 000 tonnes.

Aly O.

(Correspondant régional)

Commentaires


Comment