Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Côte d’Ivoire: l’Autorité nationale de la presse dénonce un «parti pris notoire» de Amnesty

Publié le jeudi 21 fevrier 2019  |  APA
Conférence
© Abidjan.net par PR
Conférence de presse de l`autorité nationale de la presse relative au rapport d`Amnesty International
Abidjan le 20 février 2019. Dans le but de réagir au rapport accablant de l`ONG Amnesty International sur l`Autorité National de la Presse (ANP), le président Raphael Lakpé a animé ce mercredi une conférence de presse.


Le président de l’Autorité nationale de la presse (ANP, organe officiel de régulation la presse écrite et numérique), Raphaël Oré Lakpé, a dénoncé mercredi à Abidjan «un parti pris notoire» de l’ONG Amnesty International dans son dernier rapport sur la situation des droits de l’homme en Côte d’Ivoire.

« L’ANP affirme que lors de ses enquêtes, Amnesty International ne l’a nullement approché afin de recueillir sa version des faits qui lui étaient reprochés. Une telle pratique révèle un parti pris notoire de cette organisation, qui manifestement, s’est livrée à une manipulation des faits en leur donnant, très souvent, un sens qu’ils n’ont pas en réalité», a soutenu M. Lakpé dans une conférence de presse.

Dans son dernier rapport publié le 11 février dernier sur la situation des droits de l’homme en Côte d’Ivoire ces cinq dernières années, Amnesty International a accusé l’ANP d’avoir sanctionné à maintes reprises « essentiellement » les journaux proches de l’opposition.

« Il n’est pas juste de faire croire qu’en Côte d’Ivoire, la presse de l’opposition est bâillonnée et réprimée à tout vent et que, pour ce faire, les pouvoirs publics s’appuient sur deux bras séculiers que sont le procureur de la République et l’ANP», a estimé le président de l’ANP, soulignant que « nous sommes une autorité administrative indépendante vraiment indépendante ».

Poursuivant, M. Lakpé a soutenu avec insistance que toutes les décisions de son institution sont motivées et s’appuient sur des textes de loi régissant la profession et sur le code d’éthique et de déontologie rédigés par les journalistes eux-mêmes.


«Le rapport d’Amnesty International en indexant la seule ANP fait un acharnement contre cette autorité de régulation, acharnement dont on ignore les motivations», a-t-il indiqué assurant que son institution « continue de travailler en toute indépendance ».

De l’avis de M. Lakpé, ce « rapport à charge » d’Amnesty International contre son institution fait le «lit de l’impunité» et encourage la «médiocrité ».

M. Lakpé a conclu en invitant les enquêteurs d’Amnesty International « à prendre beaucoup plus de temps pour faire un travail fouillé et équilibré rendant compte de la réalité du terrain» pour leur prochain rapport.


Le 12 février dernier, le gouvernement a qualifié pour sa part « d’allégations » ce dernier rapport d’Amnesty International indiquant que dans la constitution ivoirienne, sont garanties à tous la liberté d’expression, notamment, la liberté de conscience, d’opinion philosophique et de convictions religieuses.

Dans son dernier rapport sur la situation des droits de l’homme en Côte d’Ivoire, Amnesty International s’est inquiété « d’arrestations arbitraires et d’harcèlements judiciaires» alors que se profile à l’horizon la présidentielle de 2020.

« Au moins 17 détentions de journalistes et blogueurs ont été recensées ces cinq dernières années et l’ANP a sanctionné des organes de presse à maintes reprises, notamment ceux proches de l’opposition, en imposant des interruptions de publication ou de lourdes amendes », accusait également l’organisation.

LB/ls/APA
Commentaires


Comment