Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Économie
Article
Économie

8 ans après le décès des 7 femmes tuées à Abobo : Ce que les parents préparent / Ce qui va se passer ce dimanche à Abobo

Publié le vendredi 1 mars 2019  |  Partis Politiques
Cérémonie
© Autre presse par DR
Cérémonie d’hommage à l’initiative des parents des ces femmes tuées à Abobo
Ce dimanche 3 mars 2019, cela fera 8 années que 7 femmes ont été assassinées en 2011 lors de la crise postélectorale ivoirienne par des soldats proches de Laurent Gbagbo.


Ce dimanche 3 mars 2019, cela fera 8 années que 7 femmes ont été assassinées en 2011 lors de la crise postélectorale ivoirienne par des soldats proches de Laurent Gbagbo. Ces femmes ne réclamaient que le respect du verdict des urnes qui donnait Alassane Ouattara, candidat du RHDP, vainqueur de la Présidentielle. 8 années après.

Les parents prient toujours pour le repos de leurs âmes. Ce dimanche, à l’initiative des parents des ces femmes tuées, une cérémonie d’hommage est prévue. Elle aura lieu au rond point du Banco, à Abobo.

Une cérémonie sobre qui sera marquée par la lecture du st coran, des bénédictions, d’un témoignage et suivis d’une procession pour le dépôt de gerbe de fleurs à l’endroit où les 7 femmes sont tombées. Pour cette cérémonie comme à chacune des éditions précédentes, il est prévu une déclaration du Ministre de la Commune et du gouvernement qui sera lue par la Ministre Mariatou Koné.

« Nous demandons aux personnes désireuses de venir nous soutenir de porter une tenue blanche », a plaidé le Président des parents des 7 femmes tuées.
Pour rappel, c’est Le 03 mars 2011 pendant la crise postélectorale ivoirienne, une manifestation de femmes pro-Ouattara à Abobo, réclamant le départ du pouvoir de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, s’est soldée par la mort par balles de sept d’entre elles.

Il s’agit de Ouattara Gnon Rokia, Bamba Massiami, Coulibaly Ami, Sylla Malon, Touré Adjara, Coulibaly Fatoumata et Koné Moyamou.
Commentaires


Comment