Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

3ème Edition du Forum de la Diaspora Ivoirienne: Discours de clôture de M. Ally Coulibaly, Ministre de l’intégration africaine et des ivoiriens de l’extérieur

Publié le mercredi 17 juillet 2019  |  Ministères
Cérémonie
© Autre presse par DR
Cérémonie de présentation de voeux au Ministère de l`Intégration Africaine et des Ivoiriens de l`Extérieur
Le personnel du ministère de l`Intégration africaine et des Ivoiriens de l`Extérieur a présenté ses voeux au ministre Ally Coulibaly (Photo) le 15 janvier 2019.


• Madame Kandia CAMARA, Ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, Chère Sœur,

C’est pour moi une joie immense et sincère de vous remercier d’avoir trouvé l’occasion, le temps, les moyens et l’envie de revenir au pays pour participer à la 3è édition de notre marathon biennal.

Je le fais au nom du Président Alassane Ouattara et du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

A travers eux, c’est le gouvernement de votre pays qui vous exprime sa considération pour cette preuve de fidélité et d’engagement patriotique renouvelés.

Je le fais avec d’autant plus de fierté et de plaisir que cette 3è édition a marqué un tournant dans la compréhension, dans l’appréhension et dans l’analyse du phénomène migratoire que nous avons transformé en atout alors qu’il était perçu comme un fardeau.

Il y a deux ans, dans notre mémoire collective, la migration était abordée comme synonyme de difficultés insurmontables, de problèmes inavouables et de solutions chimériques.

Dans ce cadre, le film qui a servi d’illustration à nos assises a montré des entrepreneurs sans complexe qui sont de véritables capitaines d’industrie et surtout des modèles pour les générations montantes avec comme viatique le travail et l’opiniâtreté dans la course d’obstacles que peut parfois représenter le retour au pays.

Pour sa qualité technique, la profondeur de ses messages et son caractère novateur, c’est-à-dire, ouvert sur l’avenir, nous espérons que ce film bénéficiera d’une large diffusion à la télévision ivoirienne et d’autres en Afrique et ailleurs.

Je souhaiterais dans le registre des éloges de la réussite de notre initiative louer l’expertise et la qualité exceptionnelle des panélistes qui ont animé les thèmes et sous-thèmes, ouvert les débats et proposé des solutions aux différents questionnements.

Par vos interrogations et vos interpellations, par vos propositions et vos suggestions ainsi que par votre ton venant parfois de tripes profondes, vous avez rendu le Forum convivial, familial mais aussi professionnel. Le langage du cœur n’a pas occulté les besoins du monde des affaires, d’un environnement expurgé des lenteurs bureaucratiques et des pesanteurs sociales qui empêchent la Côte d’Ivoire, notre beau pays de tenir son rang dans la sous-région, en Afrique et dans le monde.
Mes chers compatriotes

A mes sincères remerciements, je voudrais associer tous nos partenaires
Venus du monde entier nous réaffirmer leur soutien et leur désir de poursuivre leur accompagnement, étant entendu que la responsabilité première est nôtre.

Aucun n’a manqué à l’appel au plan bilatéral comme multilatéral.

Leur présence confirme la pertinence de nos choix sur un chemin parsemé d’embûches mais qui reste celui de la vérité.

L’Union Economique et Monétaire ouest-Africaine , la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), la Commission Economique des Nations Unies pour l(Afrique (CEA), l’Organisation de Coopération de Développement Economique (OCDE), la BOAD, la Banque Africaine de développement, la BCEAO, l’Organisation Internationale des Migrations (OIM) les organisations Non Gouvernementales, les Professeurs d’Université et autres directeurs d’entreprises publiques ainsi que les patrons d’établissements financiers nous ont apporté leur savoir et nous mesurons au trébuchet l’honneur insigne qu’ils nous ont fait par leur présence.

Je les félicite pour la qualité incontestable de leurs exposés.

Aujourd’hui, après ces deux jours, la diaspora, c’est les opportunités, la rage de relever les défis et la détermination de faire de la crise non pas un handicap mais une chance.

Nous avons réussi à transformer l’essai des deux précédentes éditions de 2015 et de 2017en une réussite incontestable.

Ensemble, nous avons porté sur les fonts baptismaux un incubateur de la Gouvernance de la diaspora.

Nous allons mettre fin à l’image misérabiliste indûment collée à la diaspora.

Nous allons mettre la diaspora au coeur de nos stratégies de développement et nous tenons un levier inestimable qui peut soulever les montagnes.

Pour ce faire, il est indispensable d’avoir une communication, plus adaptée, plus large sur les opportunités d’investissement, d’accès aux financements et sur les emplois vacants pour que la diaspora soit davantage motivée à venir servir.

Cette 3è édition est celle de la fierté retrouvée. Celle de la Côte d’Ivoire qui gagne. A la place des peurs d’antan, nous avons renoué avec l’optimisme et l’audace, persuadés que la diaspora est une chance.

Avec sa diversité ses transferts, son savoir, son savoir-faire, son expertise et ses ambitions ainsi que sa connaissance de l’interculturel, la diaspora nous invite à tourner la page des ambitions inassouvies et des rêves avortés.

Les 15 et 16 juillet 2019, nous avons ouvert ensemble une nouvelle page dans le pacte de la Côte d’Ivoire avec ses enfants qui ont fait leurs preuves à l’extérieur en réussissant dans des univers inconnus, nouveaux et parfois féroces.

Nos compatriotes qui se sont illustrés dans des univers impitoyables ont été la meilleure face à l’adversité.

Ils ont montré qu’ils n’avaient pas besoin de leçon de patriotisme pour aimer leurs origines et les porter en bandoulière.

En réponse à votre adhésion, conformément à son image d’Etat sérieux et à son rôle régalien, le Gouvernement ivoirien a exposé les mesures prises pour protéger ses concitoyens, préserver leurs intérêts économiques et financiers, sécuriser les investissements, imaginer de nouveaux produits et systèmes financiers, assurer la fiabilité de ses engagements et conserver ses rangs dans la sous-région, en Afrique et dans le monde pour faire du pays un endroit où la garantie n’est pas un slogan creux mais une réalité palpable.

C’est dans ce sens, comme vous l’ont dit avec éloquence les différents panélistes, que des dispositifs juridiques ont été créés pour faciliter votre réintégration en accord avec vos attentes ô combien légitimes.

C’est le lieu pour moi de remercier encore une fois le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly qui, malgré son calendrier chargé, a tenu à ouvrir personnellement notre Forum.

C’est la preuve de son attachement à nos travaux et aux recommandations qui en sont sorties.

Merci aussi au Ministre Mamadou Touré qui est venu avec nous pour animer le sous-thème sur la place de la diaspora dans la politique d’emploi-jeunes. Ainsi, le gouvernement confirme le caractère transversal des préoccupations des membres de la diaspora, acteur de changement et levier de développement.

Nous venons de terminer deux jours d’occupation intense d’un espace de discussions franches et de propositions constructives devant faire coïncider le souhaitable et le possible.

Le Gouvernement, je puis vous le dire, jouera sa partition comme il l’a toujours fait.

Il sait pouvoir compter sur vous pour que la symphonie ivoirienne soit la plus achevée possible.

Aux côtés du Gouvernement, il y a les partenaires du secteur privé local qui nourrit également des ambitions économiques, financières et patriotiques pour notre cher pays. Ensemble, la main dans la main, nous réaliserons le rêve du Président Alassane Ouattara, faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent. Nous avons le potentiel, le désir et le leadership pour faire de la Côte d’Ivoire un pays où chacun a sa place. Nous allons le faire.

Dans le combat pour son épanouissement, et sa réinsertion dans le tissu économique national, la diaspora est un allié de taille en la personne du Chef de l’Etat ivoirien.

Comme vous le savez, il y a quelques jours, la Côte d’Ivoire et le Président Alassane Ouattara ont apporté leur contribution à de grandes avancées à l’Intégration africaine.

L’adoption de la Zone de Libre-Echange Continentale (ZLEC) à Niamey et ici même à Abidjan, la validation de l’agenda du passage à la monnaie unique de la CEDEAO dès 2020, représentent des évènements de portée historique indéniable, qui vont accroitre les mouvements du commerce intra-africain et multiplié les opportunités d’affaires et d’investissement.
Ils seront aussi le socle sur lequel nous allons bâtir ensemble la nouvelle demeure de l’Afrique, comme je l’ai dit à l’ouverture de notre 3è Forum.

Toute œuvre humaine est confrontée à des difficultés.

Le formidable bouillonnement d’échanges que nous avons vécu a mis en lumière de nouvelles interpellations redoutables assorties d’attentes exigeantes. Nous avons voulu ces défis. Alors, n’ayons pas peur de les affronter car il s’agit de défis gratifiants pour l’avenir de notre cher pays pour lequel votre participation active au Forum démontre un attachement obsessionnel.

Faisons nôtre cette profession de foi d’un homme d’Etat d’une grande nation lorsqu’il déclare : « Lorsque les chemins sont durs, ce sont les durs qui avancent ». Avançons donc sur le dur chemin pour bâtir une nation forte où il fera bon vivre pour nos enfants et pour les enfants de nos enfants.

Dans le sillage de ces mots d’engagement et d‘optimisme Je vous exhorte à capitaliser les rencontres B to B que vous avez initiées sur place pour que les résultats du Forum constituent un nouveau départ pour vous.

En vous souhaitant bon retour dans vos pays de résidence en étant persuadé que pour vous, la Côte d’Ivoire est au-dessus de tout, je déclare clos les travaux du 3è Forum de la diaspora ivoirienne.

Je vous remercie de votre aimable attention.
Commentaires
Playlist Société
Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment