Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

JIF 2020 : « Bèhitafô » un groupement de femmes dans l’attente d’une aide pour leur autonomisation

Publié le lundi 9 mars 2020  |  AIP


Odienné- Une trentaine de femmes de la commune de Kaniasso, réunies au sein d’un regroupement dénommé « Bèhitafô », sollicitent de l’aide afin de pouvoir diversifier les activités qu’elles conduisent dans leur objectif de gagner en autonomie.

Leur crédo, transcender les pesanteurs. Laisser dire, « Bèhitafô » (en langue Malinké), et avancer résolument, les yeux rivés sur une seule préoccupation. Celle de se sortir de la pauvreté, s’assumer et constituer une aide pour leurs différents conjoints.

« Nous voulons travailler. Nous sollicitons de l’aide pour travailler », crie la présidente Diarrassouba Sali.

Depuis une dizaine d’années, ces mères ont ainsi décidé de mutualiser leurs forces, en se regroupant. L’objectif étant également de pouvoir ainsi accroître les chances de bénéficier d’un appui afin d’entreprendre, avec en ligne de mire la réalisation d'une ferme avicole.

« Quand vous êtes ensemble on peut vous aider facilement », reconnait la présidente de Bèhitafô. Rencontrée, jeudi, sur un site où l’association cultive des maraîchers, elle s’explique pourtant difficilement le fait pour ses sœurs et elles de n’avoir pas encore, jusqu’à ce jour, réussi à toucher la main providentielle.

Les initiatives de quête n’ont pourtant pas manqué, avec plusieurs dossiers montés pour solliciter des fonds auprès de structures de micro-crédits. Et, même ceux mis en place par l’épouse du chef de l’Etat, Dominique Ouattara, le FAFCI, selon elle.

« Nous ne savons pas ce qui pose problème. C’est peut-être le nombre de membres du groupement qui est encore insuffisant », s’est-elle interrogée, évoquant avec tristesse un épisode de la quête où Béhitafô avait été assuré de l’obtention d’un projet, finalement déployé ailleurs.

La providence tarde à leur sourire, mais les femmes du groupement n’entendent aucunement baisser les bras, et travaillent avec acharnement pour se constituer un fonds, en vue de pouvoir réaliser leur projet d’élevage de poulets. Elles s’adonnent ainsi, depuis plusieurs années, à des travaux champêtres.

« Nous travaillons dans les champs de nos hommes. Nous constituons des groupes et chaque femme est payé à 250 F CFA pour une journée de travail. Cet argent nous le mettons dans une caisse commune », a fait savoir leur présidente.

Avec le fonds constitué, le groupement a développé une activité de culture de maraîchers, notamment de tomate, de salade, d’oignon, d’aubergine revendus à Odienné, situé à 39 km de Kaniasso.

« Comme l’élevage de poulets nécessite des moyens financiers plus énormes. Nous avons décidé de commencer par les maraîchers », a expliqué dame Diarrassouba, appelant à l’aide afin de permettre à Bèhitafô, dans un premier temps, de développer son activité de culture de maraîcher.

Ses camarades et elles ont ainsi défriché une parcelle plus grande à quelques encablures de la ville et sollicite de l’aide tant matériel que financier pour son exploitation. Le regroupement sollicite notamment des outils des semences, des intrants ainsi qu’une motopompe à court terme. A long terme, les femmes de Bèhitafô restent dans l’attente d’un financement pour la réalisation de leur projet d’élevage de poulet et de biens d’autres activités génératrices de revenus qu’elles ont en tête afin de pourvoir réaliser leur rêve d’autonomisation.


kg/kam
Commentaires
Playlist Société
Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment