Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Économie
Article
Économie

Face à la Covid-19 : des propositions pour relancer le Secteur immobilier (Libre opinion)

Publié le vendredi 5 juin 2020  |  Abidjan.net
Logements
© Abidjan.net par DA
Logements Sociaux : la ‘’Cité ADO’’ de Yopougon prête à être livrée
Jeudi 10 decembre 2015. yopougon. Le Ministre de la Construction du Logement et de l’Assainissement Urbanisme (MCLAU), M. Mamadou Sanogo a visité le chantier de la ‘’Cité Ado’’, sise à Gnandobité ( Yopougon MACA), pour s’imprégner de l’état de finition concrète des quatre cent (400) premières maisons prêtes à être livrées, sur six cent (600).


A l’instar des autres pays, la Côte d’Ivoire a été touchée par la Covid-19. Ainsi, au 31 mai 2020, le pays enregistrait 2833 cas confirmés dont 1435 guéris et 33 décès (Ministère de la Santé et de l’Hygiène publique République de Côte d’Ivoire). A côté de la crise sanitaire engendrée, il faut noter les effets induits de cette pandémie sur la quasi-totalité des secteurs d’activité provoquant ainsi, un ralentissement voire un dérèglement des systèmes économiques nationaux et mondiaux.

Le secteur du BTP en général et celui de l’immobilier en particulier, pourvoyeur d’emplois et grand contributeur à la formation du produit intérieur brut subissent de plein fouet les contrecoups de cette pandémie.

Pour rappel, les secteurs du BTP et de l’immobilier représentent environ 6,8% du PIB ivoirien et génèrent chaque année autour de 28 000 emplois. L’immobilier vient juste après le commerce et l’industrie manufacturière en termes de création d’emplois. Son importance dans l’économie nationale est également caractérisée par son fort dynamisme qui connait l’une des plus fortes croissances sectorielles, autour de 26% entre 2012 et 2018. Le chiffre d’affaires de l’immobilier a quadruplé sur la même période, passant de 405 milliards à 1.562 milliards de francs CFA.

Comment la Covid-19 affecte –t-elle le marché de l’immobilier de rapport résidentiel ou professionnel ?

Pour répondre à cette question, KODANN a rencontré différents acteurs de l’immobilier dans les communes de Yopougon, Cocody et de la zone portuaire à savoir des bailleurs, preneurs (locataires), promoteurs immobiliers, agents immobiliers, et des acteurs portuaires pour recueillir leurs avis sur les effets économiques de cette maladie.

Au niveau résidentiel

A Yopougon, les avis sont plutôt mitigés quant à l’appréciation à sa juste valeur des mesures prises par le gouvernement ; mesures relatives au différé ou à l’abattement sur les loyers. Des bailleurs estiment que cette mesure est utilisée comme un alibi par certains preneurs pour ne pas s’acquitter des loyers, tandis que ces derniers pensent plutôt que les bailleurs n’appliquent pas dans leur grande majorité les recommandations des autorités. Une des raisons à cet imbroglio pourrait être que la majorité des bailleurs sont des mono-détenteurs d’immeuble et de ce fait cela constitue très souvent leur seule source de revenus.

A Cocody, suivant les dires des agents immobiliers rencontrés, ils gèrent au cas par cas c’est-à-dire suivant la situation économique du preneur. Par exemple, certains mandants acceptent le fait que leurs agents immobiliers fassent des aménagements en termes de révision à la baisse du loyer ou appliquent effectivement un moratoire si le locataire arrive toutefois à prouver qu’il a été fragilisé économiquement par les effets de la Covid-19. Fragilité liée au fait qu’il est soit en chômage technique soit au fait que ses affaires sont momentanément à l’arrêt.

Au niveau de la promotion immobilière, les effets de la crise sont très visibles car la plupart des chantiers sont à l’arrêt. Les raisons invoquées sont de quatre ordres principalement ; les horaires du couvre-feu d’alors en vigueur par rapport aux horaires de descente des ouvriers, la rareté des clients dans les agences de vente, la circonspection des banques dans la mise en place des facilités de crédit, la faiblesse du recouvrement pour l’autofinancement. La conjonction de ces facteurs a eu pour conséquence que bon nombre de promoteurs connaissent un arrêt ou subissent une baisse d’activité de plus de 75%.

Au niveau du secteur de l’immobilier logistique selon les acteurs portuaires rencontrés, l’immobilier logistique a plus ou moins résisté aux effets de la Covid-19 grâce aux mesures prises par les autorités portuaires.

Une série de mesures a été prise allant de l’application de certaines exonérations portant sur les surestaries conteneur au rallongement des délais de franchise pour soulager les opérateurs économiques et en même temps éviter la congestion des aires de stockage.

Le volume du fret à l’Import n’a pas véritablement été touché sur la période février-avril. C’est plutôt à l’Export qu’on pourrait noter une relative baisse du fait que l’Europe et l’Asie restent des destinations principales pour nos matières premières. Du coup, une optimisation des aires d’entreposage a été effectuée au niveau du port pour juguler la diminution de la fréquence de rotation des camions qui faisaient la navette entre la zone portuaire et la zone hors portuaire.



Les perspectives de l’après COVID-19



La capacité de rebond va dépendre de la faculté de la Côte d’Ivoire à mettre en œuvre efficacement son plan de riposte.

Ce plan que nous souhaitons inclusif pourrait s’enrichir des propositions faites par les différentes parties prenantes du marché de l’immobilier avec qui nous avons mené ces interviews.



Propositions faites au niveau résidentiel et tertiaire :



- Exonérer partiellement les bailleurs en ce qui concerne l’impôt foncier,

- Accélérer la délivrance des titres de propriété afin de permettre aux propriétaires fonciers de prendre des prêts bancaires pour relancer leurs activités immobilières ;

- Bonifier le taux d’intérêt des prêts immobiliers pour faciliter les travaux de rénovation ou de constructions nouvelles.


Propositions faites au niveau des promoteurs immobiliers :



- Accompagner financièrement les projets immobiliers en cours de réalisation et en fonction du niveau d’avancement pour résorber le retard ;



- Rendre effective la réalisation de VRD primaires par l’Etat de Côte d’Ivoire



Au-delà des questions liées aux contingences quotidiennes que cette maladie virale soulève, il est à craindre que notre ère soit de plus en plus marquée par la réémergence de maladies infectieuses selon les projections de certains experts de la santé. Déjà, la Covi-19 a profondément bouleversé nos habitudes de vie. Aussi, la fonction immobilière en Côte d’Ivoire est appelée à s’adapter et à intégrer dans la gestion de l’espace (domicile et bureau) des concepts nouveaux comme le télétravail, la connectivité des domiciles, les aires d’intimité par poste de travail tout en prenant en compte les contraintes de socialisation, facteurs indispensables à une bonne ambiance sociale synonyme au final, de gage de productivité de l’entreprise.



Par Kassoum K. COULIBALY, Directeur général de KODANN (Cabinet Expertise & Conseil en immobilier)



Yopougon
Commentaires
Playlist Economie
Toutes les vidéos Economie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment