Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Sortie de la 54ème promotion de l’ENS : Le ministre Adama Diawara dénonce un système éducatif sombre

Publié le samedi 19 juin 2021  |  Le Nouveau Réveil
Sortie
© Autre presse par DR
Sortie de la 54ème promotion de l’ENS


L’Ecole normale supérieure (ENS) a célébré la sortie de la 54ème promotion portant le nom du ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Adama Diawara. C’était le jeudi 17 juin dernier dans l’enceinte dudit établissement et en présence du ministre Adama Diawara. Ils sont 2.832 normaliens qui vont rejoindre les lycées et collèges sur toute l’étendue du territoire. Profitant de l’occasion, et s’adressant aux nouveaux professeurs des lycées et collèges, personnels de l’Education nationale, le ministre Adama Diawara a dépeint la situation actuelle peu reluisante de l’école ivoirienne. Mais avant, il a révélé le rôle important de l’école dans le développement d’une nation, « Le système éducatif constitue le socle du développement du pays. Sans ressources humaines de qualité, point de développement pour le pays. »

A ses filleuls, il a eu ce message, « La mission de formation de ressources humaines performantes qui vous est confiée ne saurait s’accommoder avec les petites vertus telles que l’absentéisme au cours, le bâclage des cours, la prostitution et la vente des notes, la discrimination ethniques, religieuses ou politiques ». Il leur a conseillé ceci « …puisse l’amour sincère de nos concitoyens, sans exclusive, vous donner la force de participer efficacement à la contribution d’un système éducatif, performant, compétitif et d’une Côte d’Ivoire où règneront véritablement l’union, la discipline et le travail. Je compte sur vous pour que, petit à petit, notre école retrouve son lustre d’antan. » Du tableau présent de l’école ivoirienne, il a reconnu qu’il est sombre. « Il n’est pas normal de faire de l’école le creuset de cette bombe qui va à la longue nous sauter à la figure. Pour nous qui avons connu l’école sous Houphouët, ce que nous voyons aujourd’hui est plus qu’une surprise et nous plonge dans un silence. Il nous est arrivé de rencontrer des enseignants qui ne savent pas faire une phrase simple, sujet verbe complément » a déploré Adama Diawara. Et de poursuivre pour dire « Il y a eu le PASEC, on peut dire tout ce qu’on veut mais le niveau du français comme en mathématique, ce n’est pas bon au regard de ce que l’Etat investit dans le système éducatif. Il faut faire en sorte que cette école puisse sortir de l’ornière. » Comme pour dire, ce n’est pas la construction de salle de classe, de lycées et collèges qui fait la formation pour dire d’une école qu’elle est performante….

Pour conclure son propos, il a salué le nouveau directeur de l’Ens, Ouattara Lassiné qui, grâce à son sens de l’ouverture et du travail bien fait, a pu créer un climat apaisé, et de décrispation au sein de l’Ecole afin de lui redonner sa place de formation des formateurs et ce, dans un climat convivial et sans bruit…

JEAN PRISCA
Commentaires
Playlist Société
Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment