Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
International

L`extrême pauvreté, les inégalités et l’injustice augmentent dans le monde (ONU)

Publié le lundi 21 juin 2021  |  AIP
Nations
© Autre presse par DR
Nations unies : Mme Michelle Bachelet, Directrice exécutive d’ONU Femmes
Photo: Mme Michelle Bachelet, Directrice exécutive d’ONU Femmes, Secrétaire générale adjointe des Nations Unies


La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet a dénoncé lundi 21 juin 2021 l’extrême pauvreté, les inégalités et l’injustice qui augmentent dans le monde, entraînant un fort recul en matière de droits humains.

Intervenant à l’ouverture de la 47e session du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève, Michelle Bachelet a présenté l’« espace démocratique et civique, qui s’érode » et appelé la génération actuelle de dirigeants mondiaux à trouver une solution claire pour sortir de cette situation empirée par la pandémie de Covid-19. Il s’agit, a-t-elle soutenu, de « s’orienter vers un avenir inclusif, écologique, durable et résilient, ou bien s’effondrer ».

La cheffe des droits de l’homme de l’ONU s’est inquiétée de la poursuite des violations des droits humains au Tigré. Cette sortie de Mme Bachelet intervient alors que des législatives ont lieu ce lundi en Ethiopie. Par ailleurs, des « indications crédibles » montrent que les soldats érythréens sont toujours présents au Tigré.

L’ONU y a récemment estimé que 350.000 personnes sont menacées de famine. Pour Mme Bachelet, la situation humanitaire est « désastreuse, avec des rapports faisant état d’un refus d’accès à l’aide humanitaire dans certaines localités et du pillage des fournitures d’aide par les soldats ».

Toujours sur le continent africain, la cheffe des droits de l’homme de l’ONU s’est dit « profondément préoccupée par les récents changements non démocratiques et anticonstitutionnels de gouvernement au Tchad et au Mali ». Des mutations qui représentent inévitablement « un défi important pour les droits de l’homme et qui ont affaibli la protection institutionnelle des libertés démocratiques », a-t-elle indiqué.

Toutefois, Mme Bachelet note que les gouvernements de transition des deux pays ont affirmé leur détermination « à respecter les obligations juridiques internationales, notamment en matière de droits de l’homme ».

En Afrique australe, l’inquiétude demeure au Mozambique, en raison notamment de « l’aggravation du conflit dans le Nord, avec de graves violations des droits de l’homme par les groupes armés », relève Mme Bachelet soulignant que près de 800.000 personnes, dont 364.000 enfants, ont été contraintes de fuir leur domicile en raison des violences et sont confrontées à une insécurité alimentaire croissante.

La cheffe des droits de l’homme à l’ONU a également relevé le niveau élevé d’insécurité et des troubles politiques à Haïti. De récents incidents y ont fait au moins 50 morts, entraîné le déplacement de plus de 10.000 personnes et aggravé un accès déjà très limité aux services de base. Mme Bachelet condamne fermement les attaques violentes contre la Police Nationale d’Haïti, avec la mort de 25 policiers depuis janvier.

Mme Bachelet a également fait un tour d’horizon sur la situation eu Europe, précisément en Russie et au Bélarus, en Chine et au Sri Lanka.

(AIP)

eaa/ask
Commentaires
Playlist Titrologie
Toutes les vidéos Titrologie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment