x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le vendredi 25 novembre 2011 | Nord-Sud

Les voyageurs se prononcent

Les passagers n’attendent plus que la présence du représentant du ministre Hamed Bakayoko, et les caméras, pour sortir de l’avion. Tous les reporters prennent rapidement position. Bamba Cheick Daniel se met au pied de l’échelle, dans la posture de celui qui doit serrer la main à tous les passagers. Le premier pèlerin à se présenter est un homme. Il est exactement 1 h 45. Sissoko Koli ne peut retenir son sourire face à un tel privilège. Il est le premier à avoir récu la poignée de main du représentant du gouvernement et répondu aux questions des journalistes. « Tout s’est bien déroulé dans l’ensemble. Nous sommes partis en bonne santé et nous sommes revenus en bonne santé. Mais comme aucune œuvre humaine n’est parfaite, il y a eu quelques insuffisances qu’il faudra corriger à l’avenir. Je ne souhaite pas en dire plus», répond-il.
Entre-temps, les voyageurs arrivants continuent de descendre. Pour que les choses aillent plus vite, une autre échelle est placée devant la deuxième sortie de l’avion qui s’est ouverte à droite de la première. Les pèlerins qui viennent par cette voie n’ont pas droit aux mots de bienvenue de l’ex-ministre de l’Administration du territoire. Il ne peut en être autrement !
Munis de valisettes, de sacs à main ou de gourdes de couleur dorée, les nouveaux hadja et el hadj forment des rangs devant des bus qui les conduisent, au fur et à mesure, sur l’esplanade de l’ex-Air Ivoire, où les attendent des chaises placées sous des bâches. Plusieurs dignitaires de la communauté musulmane sont venus par ce vol. Malgré les visages défraîchis par l’air sec de Médine, d’où ils viennent directement, nous reconnaissons l’imam de la grande mosquée de Niangon, Ali Ouattara, ou les cheikhs Moustapha Sonta et Malick Konaté de la communauté tijanite. Interrogé, le dernier cité a, comme Sissoko Koli, commencé par saluer un séjour qui s’est bien passé dans l’ensemble, avant d’appeler le chef de l’Etat à nommer à la tête du hadj des hommes capables de mieux réussir l’organisation. Mais dans leur majorité les pèlerins sont d’abord heureux de regagner leur pays. « Ah comme il est bon de retrouver son pays », se réjouissent en se tapotant des hommes qui prennent place dans un bus. Sur le tarmac, cet autre pèlerin a une façon particulière d’exprimer son bonheur. Il se prosterne et touche le sol de son front. Il rend grâce à Allah qui lui a permis de rentrer sain et sauf au pays. Il a d’autant plus raison que tout le monde n’a pas eu cette chance. En effet, un des pèlerins nous explique qu’au moins trois décès sont à déplorer dans le contingent ivoirien qui, rappelons-le, comptait cette année, plus de 5000 personnes. Ce sont des décès naturels, même si notre interlocuteur révèle que des zones d’ombre restent à éclaircir quant à la mort d’un des défunts tombé à la djamarat, lieu de lapidation de Satan, dans la banlieue mecquoise.
Parmi les fonctionnaires du ministère de l’Intérieur et les journalistes, certains retrouvent des proches parmi les arrivants. C’est le cas de notre confrère Ali Diarrassouba. Entre deux interviews, le jeune et talentueux présentateur du journal télévisé de la RTI devait embrasser sa génitrice arrivée par le vol.
2 heures du matin. Tous les pèlerins sont au sol. Le directeur de cabinet peut à son tour s’adresser à la presse. Bamba Cheick Daniel exprime toute la joie du gouvernement de voir ces Ivoiriens revenir au pays après un mois de séjour spirituel à La Mecque puis à Médine. Il demande à Dieu d’exaucer toutes les prières formulées en terre sainte pour la paix et le vivre ensemble en Côte d’Ivoire. Après lui, un el hadj qui semble être un de ses proches, prend la parole pour poursuivre les prières. Mais celui-ci ne manque pas, lui aussi, de demander qu’un débat national soit organisé pour disséquer les ratés du hadj ivoirien. Décidément ! Mais pour les détails et les responsabilités des imperfections, rendez-vous à l’heure du bilan. Toutefois, on se souvient que la phase des départs a été très mouvementée pour des problèmes d’avions.

Cissé Sindou

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ