x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le mardi 5 juin 2012 | AIP

Projet immobilier des FDS: Des policiers manifestent pour dénoncer un "abus de confiance"

© AIP Par prisca
Marche de protestation des policiers à Abidjan: les ex-FDS dénoncent l`échec de leur projet immobilier
Mardi 5 juin 2012. Abidjan. Des policiers en civils ont participé à une marche de protestation sur le boulevard Valéry Giscard d`Estaing pour dénoncer l` échec de leur projet immobilier.
Abidjan - Quelque 200 policiers ont bruyamment manifesté, ce mardi, dans la mi-journée, devant les locaux de la direction générale de la police nationale au Plateau (Abidjan), pour dénoncer "un abus de confiance" dont ils estiment avoir été l’objet, dans le cadre d’une opération immobilière, à travers laquelle des prélèvements sont effectués sur leur soldes mensuelles depuis 2006, a constaté l’AIP sur place.

Les manifestants, en tenues civiles, étaient encadrés par d’autres policiers habillés en treillis, ainsi que des gendarmes. Leur mouvement a débuté par une "marche de protestation" sur le boulevard Valery Giscard D’Estaing (VGE), qui s’est achevée par un sit-in devant la direction générale de la police.

"Nous avons été arnaqués depuis 2006", "on veut notre argent", "Président (Alassane Ouattara) au secours, tu nous as promis la fin de l’impunité ", lisait-on, sur des pancartes arborées par ces agents de polices, manifestement surexcités, qui accusaient vertement certains de leurs dirigeants d’être "complices" de leur "malheur".

"Nous voulons notre argent. Depuis septembre 2006, nous avons contribué à hauteur de 16200 F CFA par mois, et les promoteurs immobiliers avaient promis de nous livrer nos maisons au bout de cinq ans de cotisation. Ce délai est passé depuis septembre 2011 ; nous nous rendons compte que nous avons été arnaqués", a asséné, l’un des meneurs du mouvement, le sergent-chef Koffi Arnaud, interrogé par des journalistes.

"Que ce soit au niveau des promoteurs immobiliers, ou le Fonds de prévoyance de police nationale, ou encore la direction générale de la police, nous pensons qu’il y a eu une grosse arnaque autour de cette affaire", a-t-il en outre accusé, appelant les autorités ivoiriennes à "trouver une solution à cette situation, en mettant tout en œuvre pour que tous ceux qui sont impliqués dans cette affaire soit mis aux arrêts".

Toutefois, "il ne s’agit pas d’une grève", a-t-il tenu à clarifier. "Ceux qui sont de service sont à leur poste. Ceux qui manifestent aujourd’hui sont tous à leur jour de repos", a-t-il laissé ce sous-officier.

A travers une convention signée en 2006 avec le Fonds de prévoyance de la police nationale, la société immobilière Sophia et son partenaire Azuréenne de promotion, s’étaient engagés à octroyer des îlots de 300 à 900 mètres carrés, aux policiers souscripteurs, selon le montant de leur contribution mensuelle, rappelle-t-on. Depuis ces dernières années, des souscripteurs à ce projet se disent "grugés", parce que n’ayant reçu, à ce jour, aucun titre foncier.

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ