PUBLICITÉ

Sport Publié le vendredi 13 septembre 2013 | Le Democrate

Face à la presse hier / Murielle Ahouré :’’ je vise l’or au prochain championnat du monde en salle ‘’

© Le Democrate Par Atapointe
Athlétisme: Conférence de presse de Murielle Ahouré
Mercredi 11 septembre 2013, Abidjan. L`athlète Murielle Ahouré double médaillée d`argent aux mondiaux d`athlétisme anime une Conférence de presse.
Double médaillée d’argent aux 100 et 200m aux Mondiaux d’Athlétisme à Moscou (10 au 18 août), Murielle Ahouré, après avoir été reçue par le Chef de l’Etat Alassane Ouattara mardi dernier au Palais présidentiel, a animé hier mercredi 11 septembre une conférence de presse à l’hotel Pullman au Plateau.
Vice -championne du monde à deux reprises, aux championnats du monde à Moscou, Murielle Ahouré a débuté l’athlétisme il ya 6 ans, alors qu’elle était encore au collège. Après ses belles performances à Moscou, elle a été reçue en audience par le chef de l’Etat ivoirien, le 10 septembre au Palais présidentiel au Plateau. Un échange avec le Président de la République qui a été très bénéfique pour l’athlète qui peut désormais être tranquille pour la suite de sa carrière. « C’est un grand soulagement », a-t-elle laissé entendre hier face à la presse nationale et internationale.

A la question de savoir combien le chef de l’Etat ivoirien lui a remis, elle s’est voulue très discrète. « Je pense que c’est privé », a-t- elle indiqué de façon péremptoire. Toutefois, a précisé Nicolas Débrimou, président de la fédération ivoirienne d’athlétisme, il est prévu une reconnaissance de l’Etat qui se fera probablement en début de semaine prochaine. 7ème et 6ème respectivement aux 100m et 200 m aux Jo de Londres, d’aucuns penseraient que cette performance de la sprinteuse ivoirienne est le fruit du hasard ou d’un dopage. La-dessus, Murielle est très catégorique et affirme que ses performances sont le résutat d’un travail acharné. Pour elle, il n’est pas question de se doper pour se hisser au firmament. Seul le travail paie, par conséquent, son parcours n’a rien d’atypique. « L’année dernière, c’était ma première fois d’entrer sur le circuit international. Après les Jeux Olympiques de Londres, j’étais vraiment décue .Donc, je me suis rapidement remise au travail. Les médailles que j’ai obtenues ne sont pas le fruit du hasard. Mon entraineur, un jamaïcain que j’ai rencontré aux Etats- Unis et moi-même, nous sommes mis au travail. Et je n’étais pas du tout inquiète pour ce rendez-vous. Je savais que j’étais prête. Quant au dopage, je trouve que c’est triste ce qui se passe dans l’athlétisme.Moi je travaille sérieusement. Je fais deux (2) voire trois (3) séances d’entrainement par jour. Je travaille vraiment. Si vous voyez ma progression, ce n’est pas extraordinaire. Ma progression est normale », a-t-elle déclaré. S’agissant de ses relations avec les autres athlètes ivoiriens, elle a révélé qu’elle parle beaucoup avec Méité Ben Youssef qu’elle a rencontré aux Jo de Londres. Selon elle, cela fait mal qu’il ait cette blessure. Pour ce faire, elle prie pour lui. Elle a également des contacts avec Wilfried qu’elle a rencontré à Moscou et a revu à la cérémonie d’ouverture des 7èmes jeux de la Francophonie à Nice. Pour le championnat du monde en salle en mars 2014, Murielle Ahouré rêve de remporter l’or et de battre le record du monde et elle et son staff y travaillent. Présent aux côtés de sa pouliche, Robert Skotheim, son kinésithérapeute a dit être heureux de travailler avec Murielle qui peut faire des choses extraordinaires dans le futur.

« Je suis heureux de travailler aux côtés de Murielle pour la Ligue des diamants. Mon rôle est d’être à ses côtés pour qu’elle soit au top du point de vue de son anatomie. Je l’ai rencontré il ya un (1) an. Il m’a fallu seulement cinq secondes pour découvrir que ce diamant n’est pas fini. Les deux médailles à Moscou sont des médailles avant l’heure. Elle est tellement douée que quelque chose d’extraordinaire arrive. On s’attelle à travailler sur tous ses points faibles de sorte qu’elle progresse surtout qu’on a remarqué que son taux de fer est très bas. Mais on va régler tout ça », a-t-il indiqué.Et Murielle de terminer en indiquant que tout cet intérêt pour elle lui donne la force d’aller de l’avant. C’est sur cette note d’espoir qu’a pris fin l’intervention de la double médaillée d’argent aux Mondiaux d’Athlétisme à Moscou. L’honneur est revenu au président de la fédération ivoirienne d’athlétisme de clore ces échanges en invitant les uns et les autres à les aider à aller vers les sponsors avant de donner rendez- vous à tout le monde pour les Jeux Olympiques de 2016 à Rio de Janeiro. A noter que Murielle Ahouré avait également à ses côtés son manager, Serges Doh.

Affia Marie

Vidéo associée

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Sport

Toutes les vidéos Sport à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ