PUBLICITÉ

Afrique Publié le mercredi 13 novembre 2013 |

Niamey-Renforcement de capacités : Des avocats africains à l’école du Cifaf

Des avocats venus du Niger, du Burkina Faso, du Mali… suivent depuis hier, mardi 12 novembre 2013, au Palais des congrès de Niamey, une session de formation continue coordonnée au plan pédagogique par le Centre International de Formation en Afrique des Avocats Francophones (CIFAF).
Selon M. Jacques A. Migan, Directeur du Cifaf, cette session de formation sera prioritairement axée sur les modules portant sur la déontologie, la pratique professionnelle et le droit processuel. Ces enseignements, a-t-il poursuivi, seront dispensés par les Bâtonniers en exercice, les anciens Bâtonniers du Niger et de la sous-région ainsi que par les magistrats dont l’expérience en la matière est avérée. Pour situer les enjeux de l’organisation de cette cession, Me Jacques A. Migan a mis l’accent sur le fait que « la formation continue, qui est une obligation déontologique pour les avocats inscrits aux barreaux de la plupart des pays du Nord, permet de renforcer leur pratique quelle que soit leur expérience ainsi que leur aptitude dans l’intérêt de la mission de service public dont ils sont chargés auprès des juridictions ». « La formation continue est indispensable au regard de la mutation et de l’évolution permanente de notre droit moderne tant dans ses formes normatives que dans ses applications jurisprudentielles et doctrinales. Elle assure la mise à jour et le perfectionnement des connaissances nécessaires à l’exercice de sa profession pour l’avocat inscrit au Tableau de l’Ordre. Il ne faut pas oublier que l’évolution du droit est tributaire de celle de la société qu’elle régit », a poursuivi l’ancien Bâtonnier du Bénin. Pour lui, « l’organisation des sessions de formation continue montre aux cabinets d’avocats des Etats du Nord, qui n’hésitent pas à se présenter chez nous comme des spécialistes du droit OHADA par exemple, que les avocats des Etats du Sud sont soucieux de leur formation et sont capables de rivaliser avec eux ».
La cérémonie d’ouverture de cette session de formation s’est déroulée en présence de M. Marou AMADOU, Ministre de la Justice, Garde des sceaux, Porte-parole du Gouvernement nigérien, de Mme Assatou ZADA, Bâtonnier en exercice de l’Ordre des avocats du Niger, de M. Niandou KARIMOUN, Secrétaire de l’Ordre des Avocats du Niger, Représentant de la première promotion du CIFAF.
Pour rappel, le CIFAF est un centre de formation pour tous les avocats francophones d’Afrique ; il a été créé le 14 mars 2000 à Bamako par sept Bâtonniers de l’Afrique de l’Ouest, à savoir : Monsieur le Bâtonnier Harouna SAWADOGO du Burkina Faso, Monsieur le Bâtonnier Luc KALOU ADJE de la Côte d’Ivoire, Madame le Bâtonnier Fatoumata SYLLA du Mali, Monsieur le Bâtonnier Marc LE BIHAN du Niger, Monsieur le Bâtonnier Yérim TIAM du Sénégal, Madame le Bâtonnier Loretta Massam ACOUETEY du Togo et votre serviteur Jacques A. MIGAN du Bénin.

C’est donc une Institution des Etats du Sud s’adressant aux avocats originaires des barreaux des Etats du Sud soutenue financièrement par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), une institution créée sous l’impulsion de 4 chefs d’Etat du Sud dont feu le Président Hamani DIORI. Si la première session de formation initiale du CIFAF s’est tenue à Cotonou en 2000, la première session de formation continue s’est tenue en décembre dernier à Kigali au Rwanda.

Affissou Anonrin (Source : Doc Cifaf)

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Titrologie

Toutes les vidéos Titrologie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ