x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le mercredi 21 décembre 2016 | Le Quotidien d’Abidjan

Vente de terrains dans la Commune de Port-Bouet : un réseau de faussaires démantelé

Des faussaires, ressortissants du village de Petit-Bassam, dans la Commune de Port-Bouet, et d’autres personnes aux qualités douteuses tentent d’empêcher la construction de la nouvelle ferraille à Gonzagueville, un projet de l’Etat de Côte d’Ivoire, dont le site a été attribué par la chefferie du village à l’Association des ferrailleurs et artisans de Côte d’Ivoire.

Ils sont moins d’une dizaine d’agitateurs. Sept (07), exactement. Destitués par le chef du village de Petit Bassam, l’Honorable Gnagne Nimba Richard, de leurs qualités de membres de la notabilité depuis le jeudi 10 décembre 2015, ces ‘’rebelles’’ se sont retrouvés aux côtés d’un squatteur du site de 50 hectares pour brader le patrimoine de leur village. Tous membres de la ‘’commission foncière et financière’’ les sieurs Aka Etienne, le président, Ahui John, chargé des finances, Béké Béké, chargé du foncier, Akossi Nimba Christian, chargé des affaires intérieures, Béké Ahui Charles, chargé des affaires extérieures, et les deux Commissaires aux comptes Nandui Aké William Akandja Nandjui, n’entendent pas voir se réaliser ce projet qui, pourtant, a vocation à résorber le chômage endémique d’une importante frange de la population jeune. Laquelle se livre au quotidien à l’alcool, aux jeux de hasards et à bien d’autres vices au sein du village et en bordure de l’océan Atlantique où Petit-Bassam est installé. Les actions de nuisance aux intérêts du village se multiplient depuis que ces personnes ont pris goût à la vente illicite des terres de leurs ancêtres. Manifestations violentes contres des intérêts de certains ressortissants du village à proximité des habitations, chasses à des acquéreurs légitimes et légaux de terrains urbains sur les 156 hectares du lotissement ‘’d’Abouabou Djigbo Kamon’’, propriété du village selon l’arrêté n° 13-0001/MCLAU/DGUF/DU/SDAF de Janvier 2015, tous les moyens sont bons pour ces personnes pour freiner le développement de leur village. Alors que Me Kouadio Konan Lazare, Huissier de Justice, leur a signifié le ‘’procès verbal de constat’’ de l’assemblée générale au cours de laquelle ils ont été destitués, notamment à Akré Amos qui représentait Aka Etienne ce jour-là, en 2015, les ‘’rebelles’’ ont commencé à vendre des terrains à des tiers sur le site précité. Ainsi, à la date du 19 juillet 2016, Aka Etienne, continuant de se prévaloir du titre de ‘’président de la commission financière et foncière de Petit-Bassam’’, délivrait un ‘’avis de désistement provisoire’’ à dame Assoumou Cissé épouse Nianga ‘’de six lots issus du lotissement d’Abouabou Djigbo Kamon’’, en présence de ‘’Me’’ Dago Séraphin, se disant ‘’Conseils juridiques’’ du village, alors qu’il n’en a pas la qualité, et qu’il n’est qu’’’un agent d’affaire’’. Ce sont les lots 1838, 1839, 1840, 1841, 1842 et 1844 de l’ilot 253. Que la ‘’nouvelle propriétaire’’ a vite fait de ‘’céder’’ à son tour, le même jour, à Nemet Christian Maurice, ressortissant Français, qui s’est fait ainsi gruger dans une opération de vente illicite. En fait, une opération de vente déguisée.Pire, en date du 22 Août 2016, les mêmes personnes signent une ‘’convention portant clef de répartition de 4 700 lots issus des parcelles du village de Petit-Bassam à Gonzagueville…’’, avec Koné Amadou, se disant directeur de société, toujours sous le regard de ‘’Me’’ Dago Séraphin. Dans cette convention, fait curieux pour des personnes qui disent lutter pour les intérêts de leur village, c’est la portion congrue qui leur est concédée. Ainsi, Koné Amadou alias Amed se taille la part du lion. A lui seul, il a 60 % des 4700 lots, soit 2 820 lots, dont ‘’705 lots au village de Mafiblé (qui n’a plus de terre sur ce site), 470 lots pour «tous les financiers et personnes interposées ayant intervenu sur le site», 235 lots à toutes les autorités administratives-Ministères, Forces de l’ordre Police, Gendarmerie, Justice-, et 1410 lots pour Koné Amed. Quant au village de Petit-Bassam, il se contentera de 940 lots, soit 20 % du total, quand Me Dago Liza Séraphin s’en tire avec un bon ‘’pactole en lots’’.

Kuyo Yves

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ