x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le vendredi 8 décembre 2017 | Ambassade

Reconnaissance par l’administration américaine de Jérusalem comme capitale d’Israël : le communiqué des autorités palestiniennes

L'État de Palestine exprime son rejet catégorique et sans équivoque de l'annonce faite par le président américain Donald Trump. La reconnaissance par l'administration américaine de Jérusalem comme capitale d'Israël est un acte d'hostilité contre le peuple palestinien et ses droits nationaux inaliénables. En outre, l'État de Palestine considère cette annonce comme une attaque contre le droit international, y compris la Charte des Nations Unies, qui n'accepte pas l'acquisition de territoires par la force ni les conséquences de telles actions illégales. C'est aussi un assaut sur l'esprit et la position de Jérusalem en tant que ville au cœur et centre spirituel des milliards de personnes à travers le monde.

Cette annonce n'a aucun impact sur le statut juridique de Jérusalem en tant que ville palestinienne occupée et partie intégrante du territoire palestinien occupé. Cependant, les implications politiques de cette décision s'étendront bien au-delà de la Palestine et de la région. L'annonce du président Trump vient récompenser la colonisation, les graves violations du droit international et le mépris absolu des droits de l'Homme. Cette décision politique américaine envoie un message dangereux menaçant le système international et encouragera sans aucun doute d'autres acteurs qui ne respectent pas le droit international à continuer de le faire. Cette décision menace le système international tel que nous le connaissons et, en tant que tel, menace de déstabiliser le monde.

L'administration américaine s'est disqualifiée du rôle de courtier dans la recherche de la paix dans la région. La Palestine regrette qu'avec cette position, l'Administration Trump ait adopté une position qui tente clairement d'anticiper les négociations, ce qu'elle aurait du entamer. Au lieu de cela, cette démarche a fait dérailler les efforts visant à relancer les pourparlers de paix dans le but de parvenir à une solution juste et définitive du conflit. À cet égard, l'État de Palestine réaffirme qu'il n'y a pas de paix sans la création d'un État palestinien et qu'un État palestinien ne peut pas et ne sera pas établi sans Jérusalem-Est comme capitale.

Avec cette annonce, le président Donald Trump viole la lettre d'assurance des États-Unis datant depuis 1993 et ​​de nombreuses résolutions du Conseil de sécurité qui ne reconnaissent pas l'occupation illégale et l'annexion de Jérusalem-Est par Israël. Plus dangereusement, l'approbation illégale par l'Administration Trump de la colonisation israélienne menace d'enflammer la ferveur et les tensions religieuses et d'introduire une dimension religieuse fausse, mais incendiaire dans le conflit. Ceci est particulièrement dangereux et va à l'encontre de la position palestinienne, qui insiste sur le fait que ce conflit concerne les droits nationaux et non la religion.

L'État de Palestine apprécie le soutien massif qu'il a reçu des États du monde entier, qui se sont ouvertement et sans équivoque opposé à cette position américaine. Nous appelons ces États à se montrer à la hauteur et à prendre des mesures concrètes pour protéger la solution des deux États et les droits inaliénables du peuple palestinien. Il est temps que les pays qui s'opposent à ce développement dangereux se rangent du bon côté de l'histoire, reconnaissent l'État de Palestine, conformément au droit international, et rejettent les tentatives de plonger le monde dans le désordre et le chaos.



Aujourd'hui est un triste jour pour le système international, le droit international et le peuple palestinien. L'administration américaine a pris la décision de rester seule du mauvais côté de l'histoire et de récompenser le colonisateur. Elle doit rester seul.

Enfin, l'État de Palestine réaffirme son droit souverain de défendre son peuple et ses droits nationaux par tous les moyens juridiques et politiques disponibles. La Palestine ne peut pas et ne veut pas céder aux réalités dictées par la force brute et la belligérance.

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ