x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le vendredi 29 décembre 2017 |

Atelier sur le rôle des Institutions Nationales des Droits de l’Homme comme mécanisme de protection des Défenseurs de Droits de l’Homme

© Par DR
Atelier sur le rôle des Institutions Nationales des Droits de l’Homme comme mécanisme protection des Défenseurs de Droits de l’Homme
Un atelier sur le rôle des Institutions Nationales des Droits de l’Homme comme mécanisme de protection des Défenseurs de Droits de l’Homme a été organisé les 19 et 20 décembre 2017, à l’Hôtel la Rose Blanche à Abidjan, par le Service International pour les Droits de l’Homme (SIDH) en collaboration avec la Coalition Ivoirienne des Défenseurs des Droits Humains (CIDDH) et la Commission Nationale des Droits de l’Homme de Côte d’Ivoire (CNDHCI).
Un atelier sur le rôle des Institutions Nationales des Droits de l’Homme comme mécanisme de protection des Défenseurs de Droits de l’Homme a été organisé les 19 et 20 décembre 2017, à l’Hôtel la Rose Blanche à Abidjan, par le Service International pour les Droits de l’Homme (SIDH) en collaboration avec la Coalition Ivoirienne des Défenseurs des Droits Humains (CIDDH) et la Commission Nationale des Droits de l’Homme de Côte d’Ivoire (CNDHCI). Cet atelier fait suite à celui organisé, à Abidjan, en Avril 2017 sur les lois de protection des Défenseurs des Droits de l’Homme en Afrique.

Ce fut un cadre d’échanges sur les progrès réalisés dans la mise en œuvre des mécanismes de protection des DDH (Défenseurs des Droits Humains) en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso et sur l’opérationnalisation du mécanisme de protection pour les DDH et le rôle des Institutions Nationales des Droits de l’Homme (INDH).

Selon Mme Pédan Marthe Coulibaly, Coordinatrice Nationale de la Coalition Ivoirienne des Défenseurs des Droits Humains, au terme de l’atelier, l’atteinte des objectifs visés concerne notamment, le partage des bonnes pratiques relatif à la mise en place d’un mécanisme de protection des Défenseurs des Droits humains, une meilleure compréhension du rôle des Institutions Nationales des Droits de l’Homme comme mécanisme pour la protection des Défenseurs ainsi que l’identification des besoins quant à la participation de la société civile.

En effet, elle a indiqué que la CIDDH apprécie et salue l’adoption de la loi de protection des Défenseurs des Droits de l’Homme en Côte d’Ivoire (en 2014) et de son décret d’application (en 2017) ainsi que l’adoption de la loi de protection des Défenseurs des Droits de l’Homme au Burkina Faso (en 2017).

« Nous nous réjouissons également des processus d’adoption en cours de cette loi au Mali, au Niger, en Sierra Leone et d’autres pays de l’Afrique avec l’appui du Service International pour les Droits de l’Homme.

Il est évident que les lois de protection constituent un cadre légal de protection des Défenseurs des Droits de l’Homme et qu’il est aussi important de mettre en place un mécanisme de protection en lien avec leur application effective », a déclaré Mme Pédan Marthe Coulibaly.

Notons en définitive, que l’Afrique de l’ouest connait une dynamique positive tendant vers une plus grande reconnaissance et protection des défenseurs des droits humains en droit national. Cette dynamique doit s’accompagner de la mise en place de mécanismes de protection à même d’apporter des mesures concrètes en faveur des défenseurs menacés. Les Commissions Nationales des Droits de l’Homme peuvent assumer le mandat de mécanisme de protection si et seulement si des réformes de fond sont apportées.

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ