PUBLICITÉ

Économie Publié le lundi 12 juillet 2021 | AIP

Le vice-président de la Banque mondiale évoque la nécessité d’améliorer la coopération avec la Côte d’Ivoire

© AIP Par FN
Visite du vice-président de la Banque Mondiale à la zone agro-industrielle de Korhogo
Korhogo le 11 juillet 2021. Le vice-président de la Banque mondiale pour l`Afrique de l`Ouest et centrale, Ousmane Diagana, a effectué ce dimanche, une visite sur le site d`aménagement de la zone agro-industrielle dédiée à la transformation de l`anacarde et du laboratoire d`analyse pédologique de Sinematiali en présence du directeur général du Conseil Coton Anacarde, Adama Coulibaly.
Korhogo – Le vice-président de la Banque mondiale pour la région Afrique de l’Ouest et du Centre, Ousmane Diagana, a évoqué, lundi 12 juillet 2021, au terme d’une visite de terrain à Sinématiali et à Korhogo, la nécessité d’améliorer la coopération entre son institution et la Côte d’Ivoire.

« Nous ne sommes pas venus uniquement pour écouter, mais nous sommes venus aussi pour voir comment on peut amener notre coopération avec la Côte d’Ivoire, c’est-à-dire avec les populations ivoiriennes, à un autre niveau pour que le développement puisse être réel pour chacun et chacune des ivoiriens et ivoiriennes », a-t-il déclaré face à la presse.

Au cours de cette mission de deux jours, M. Diagana a visité le foyer de renforcement des activités de nutrition communautaire (FRANC) de Ouondikaha, les stations de pompage et de traitement, le laboratoire de traitement des sols dans le département de Sinématiali, ainsi que le chantier de la zone agro-industrielle, la coopérative des femmes productrices et transformatrices de beurre de karité de Natio-Kobadara et des bénéficiaires du projet ‘Filets sociaux productifs’ dans la commune de Korhogo.

Le haut fonctionnaire de la Banque mondiale a estimé que beaucoup de choses peuvent être apportées aux productrices et transformatrices de beurre de karité, dans le sens d’une meilleure structuration des leurs activités et d’un accès à de meilleures technologies qui réduiraient le coût de la charge du travail et accroîtraient inversement leurs bénéfices.

« Tout cela leur permettra de moderniser leurs conditions de travail et de créer des industries », a-t-il dit.

Pour ce qui concerne l’eau potable, il s’est félicité des projets existants qui placent la Côte d’Ivoire dans le groupe des rares pays de la sous-région à avoir un taux d’accès de l’ordre de 80%, avant d’évoquer la possibilité pour le pays d’atteindre l’accès universel à l’eau potable avec l’appui de la Banque mondiale.

Il s’est également félicité des témoignages positifs rendus par les bénéficiaires du projet Filets sociaux productifs

Kaem/kp

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Économie

Toutes les vidéos Économie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ