PUBLICITÉ

Société Publié le vendredi 8 octobre 2021 | AIP

Lancement d’un projet de lutte contre le travail des enfants dans la cacao-culture à Daloa

© AIP Par Marc Innocent
Ministère de la Femme: cérémonie de passation de charges
Abidjan le 13 Avril 2021. La passation de charge entre le Professeur Ly Ramata Bakayoko Ministre en charge de la Famille, de la Femme et de l`Enfant (sortant) et la Ministre Nasseneba Touré (entrant) a eu lieu ce mardi à Abidjan Plateau. Photo: Nasseneba Touré, Nouvelle Ministre de la Famille, de la Femme et de l`Enfant

Daloa – La ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, Nassénéba Touré, a procédé, à Daloa, au lancement d’un projet de lutte contre le travail des enfants dans les plantations de cacao de la région du Haut-Sassandra, jeudi 7 octobre 2021, en présence de l’ambassadeur de l’Union européenne, partenaire financier dudit projet.


Dénommé « Protection et Action contre le travail dangereux des enfants (PACTE) », ce projet vise à renforcer les capacités des communautés, des familles et des producteurs à prévenir ou à répondre à l’implication des enfants dans les travaux dangereux dans le processus de production du cacao.


PACTE sera mis en œuvre dans les départements de Daloa et de Vavoua par Save the Children en partenariat avec l’ONG ‘Agriculteur en action’ sur une période de 30 mois, de septembre 2021 à février 2024.


Les deux ONG ambitionnent de développer sur le terrain des activités d’information, de sensibilisation et de soutien à la mise en place de mécanismes de référence, de contre-référence et de prise en charge des enfants soumis aux pires formes de travail dans la cacao-culture.


A terme, annonce-t-on, entre autres activités, la mise en place de 20 comités de protection de l’enfant, autant de groupements d’enfants, de plans d’actions communautaires, d’associations villageoises d’épargne et de crédit et la formation de 200 jeunes à l’entreprenariat.


Le conseil du café et du cacao et d’autres institutions étatiques concernés par la protection des droits des enfants sont impliqués dans ce projet qui s’inscrit dans le sillage des actions de l’Etat contre ce phénomène qui impacte négativement la commercialisation durable du cacao ivoirien.


Depuis quelques années, les principaux importateurs menacent de boycotter le cacao d’origine ivoirienne, estimant que des enfants interviennent dans sa production, signale-t-on


(AIP)


Kaem/kp

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ