x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Afrique Publié le jeudi 2 décembre 2021 | APA

Impact Covid-19: l’Afrique a besoin de 483 milliards de dollars

Les gouvernements africains auront besoin d'environ 484 milliards de dollars au cours des trois prochaines années pour faire face à l'impact socio-économique de la pandémie et soutenir la reprise économique.


L’information a été donnée jeudi à Sal, au Cap Vert par Prof Kevin Urama, vice-président de la Banque africaine de développement (BAD) chargé de la Gouvernance économique et de la gestion des connaissances.

« Avant la pandémie, le Groupe de la Banque africaine de développement avait estimé que les besoins d'investissement dans les infrastructures de l'Afrique à eux seuls pouvaient aller de 130 à 170 milliards de dollars par an, créant un déficit de financement annuel de 68 à 108 milliards de dollars » a déclaré M. Urama.

« Le déficit de financement des infrastructures de santé était estimé à environ 26 milliards de dollars par an », a-t-il ajouté dans une allocution à l’ouverture de la conférence économique de l’Afrique autour du thème, « Financer le développement de l'Afrique post-Covid-19 », en présence du président du Cap Vert, José Maria Neves.

Selon lui, avec la pandémie qui a mis à nu le besoin urgent de construire une infrastructure de soins de santé de qualité et une capacité de fabrication de produits pharmaceutiques, ces besoins d'investissement ont encore augmenté.

« Le Groupe de la Banque estime que les gouvernements africains auraient besoin d'environ 484 milliards de dollars au cours des 3 prochaines années pour faire face à l'impact socio-économique de la pandémie et soutenir la reprise économique », a-t-il poursuivi.

Malgré les progrès importants réalisés par les gouvernements africains pour améliorer les systèmes financiers du continent et augmenter les niveaux d'inclusion financière, il reste encore beaucoup à faire pour réduire l'écart existant entre l'épargne et l'investissement.


La pandémie a également provoqué une baisse de l'accès aux marchés internationaux des capitaux avec l'élargissement des écarts sur les rendements des obligations souveraines africaines en raison d'une plus grande perception des risques par les investisseurs et d'une fuite des capitaux en provenance d'Afrique, estimée à plus de 90 milliards de dollars en 2020.

 Les envois de fonds, principale source d'afflux de capitaux vers l'Afrique, ont diminué d'environ 6 % entre 2019 et 2020. Et la même tendance à la baisse a été observée pour les investissements étrangers directs, l'aide publique au développement et les investissements de portefeuille.

« On estime que les recettes publiques ont diminué en moyenne de 10 à 15 % en 2020 dans toute l'Afrique subsaharienne, avec une baisse moyenne des recettes par rapport au PIB de 2 points. C’est-à-dire de 18 % en 2020, contre environ 20 % en 2019 », a expliqué prof Urama.

Certaines estimations de 2020 indiquaient que les restrictions liées au Covid-19 réduiraient les exportations africaines de 17%, entraînant une baisse de 5% des pertes de recettes publiques.

Pour cette raison, a soutenu le Vice-président de la BAD, « il est vital que les pays africains augmentent leur assiette fiscale en s'attaquant aux goulets d'étranglement structurels tels que la faiblesse des structures organisationnelles, la faible capacité des agents fiscaux et le manque de techniques modernes et informatisées de gestion des risques ».


Ouverte, jeudi, la Conférence économique africaine hybride 2021 sur le financement du développement à l'ère de la Covid-19 s’achèvera, samedi.

Ces assises capverdiennes devront permettre de tracer la voie du développement du continent, y compris les moyens de mobiliser les ressources nationales et de créer des systèmes fiscaux et fiscaux modernes et efficaces.

Il s’agira également d'explorer les moyens de lutter contre l'évasion fiscale, la fraude et d'autres infractions qui drainent les ressources nationales.

L'édition 2021 de la Conférence économique africaine est organisée par le gouvernement du Cap-Vert dans un format hybride, conformément aux directives sanitaires en cas de pandémie. Des participants à la conférence sont réunis à Sal, une destination touristique populaire de l'archipel, le Cap Vert.

D'autres y participeront virtuellement. La conférence est organisée conjointement par la Banque africaine de développement, la Commission économique pour l'Afrique et le Programme des Nations Unies pour le développement.


LS/APA

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Titrologie

Toutes les vidéos Titrologie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ