x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Politique Publié le jeudi 20 janvier 2022 | CICG-Côte d’Ivoire

Audits dans les sociétés d’Etat : le gouvernement se réserve le droit d’en tirer toutes les conséquences une fois les résultats disponibles

© CICG-Côte d’Ivoire Par PR
Rentrée du conseil des Ministres
Abidjan le 08 septembre 2021. Le Président de la République, Alassane Ouattara a présidé ce mercredi la rentrée du Conseil des Ministres.

Abidjan, le 19 janvier 2022 – Le porte-parole du gouvernement, ministre de la Communication, des Médias et de la Francophonie, Amadou Coulibaly, est revenu, à l’occasion du point de presse du Conseil des ministres le 19 janvier 2022 à Abidjan, sur les audits diligentés dans plusieurs sociétés d’Etat, indiquant que le gouvernement qui les a commandités en tirera toutes les conséquences, une fois les résultats disponibles.


Le ministre Amadou Coulibaly a rappelé que les audits qui sont "un instrument de bonne gouvernance", ont été commandités par le gouvernement qui a décidé, à un moment donné, qu’il fallait regarder dans la gestion des Etablissements publics nationaux (EPN). "Ils ont été commandités par le gouvernement, sans contraintes et en toute responsabilité", a précisé le porte-parole du gouvernement.


Amadou Coulibaly a dit son étonnement devant l’impatience de certains concitoyens pour les résultats des audits. Encore que le gouvernement n’a pas commandité ces audits avec l’idée de s’inscrire dans "cette forme de politique spectacle qui veut que tout soit mis sur la place publique".


Pour le ministre de la Communication, des Médias et de la Francophonie, les audits n’ont pas été diligentés "pour alimenter les débats dans les ménages". Selon lui, le gouvernement étant commanditaire des audits, il est donc le destinataire des résultats.


"Je pense que le commanditaire est le premier destinataire des résultats de ces audits. Lorsque les résultats seront disponibles, le gouvernement qui les a commandités, en tirera toutes les conséquences", a conclu le porte-parole du gouvernement.


Dans son discours à la nation à la veille du nouvel An, le Président de la République, Alassane Ouattara, avait annoncé que l'une des trois actions prioritaires pour 2022 est la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption. "Nous devons bâtir une conscience nationale imprégnée des valeurs d’intégrité, d’équité, et d'un sens élevé de la responsabilité dans la conduite des affaires publiques. C’est dans ce cadre que j’ai décidé d’instaurer, à partir de 2022, un prix portant sur la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption. Ce prix favorisera l’éclosion de cette conscience nationale qui prône le respect des deniers publics, la recherche de l’excellence, et qui place l'intérêt de la Nation au-dessus de tout.

Cela doit se traduire par un véritable changement de mentalité et de comportement", a affirmé le Chef de l’Etat.


Le Premier Ministre Patrick Achi, pour rappel, à l’occasion de son grand oral le 8 novembre 2021, avait indiqué, parlant des audits diligentés dans les sociétés d’Etat, que "le processus est irréversible et ira jusqu'à son terme".

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ