x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Économie Publié le lundi 21 mars 2022 | BAD/FAD

Les boardrooms virtuelles de l’Africa Investment Forum attirent 32,8 milliards de dollars d’intérêts d’investissement

© BAD/FAD Par DR
Africa Investment Forum 2019 à Johannesburg en Afrique du Sud

Abidjan, le 19 mars 2022 – Les boardrooms (salles de transaction) de l’Africa Investment Forum ont attiré 32,8 milliards de dollars d’intérêt d’investissement dans des projets bancables. Dévoilant jeudi les résultats des sessions des boardrooms virtuelles de l’Africa Investment Forum, le président du Groupe de la Banque africaine de développement, M. Akinwumi A. Adesina, a déclaré aux 500 promoteurs de projets, investisseurs, courtiers en transactions et représentants gouvernementaux du monde entier qui y ont participé : « En 72 heures, vous vous êtes tous connectés, vous avez conclu des transactions et vous avez créé le succès ».



Les réunions de trois jours en boardrooms virtuelles ont permis de présenter 40 projets dans plusieurs secteurs. M. Adesina a déclaré que l’Afrique était de toute évidence redevenue une terre d’investissements, avec la résorption progressive de la pandémie de Covid-19. Les attentes étaient fortes depuis le report, en décembre dernier, des Market Days de l’Africa Investment Forum, la principale plateforme et manifestation d’investissement en Afrique. L’événement avait été repoussé à mars en raison de l’émergence de la variante Omicron du Covid-19. Covid a également entraîné l’annulation des Journées du marché de l’Africa Investment Forum de 2020.


L’Africa Investment Forum est une plateforme d’investissement multipartite. Il s’agit d’une initiative du Groupe de la Banque africaine de développement et de sept autres partenaires, qui ont tous extrait de leurs pipelines des transactions potentielles pour les boardrooms. Alain Ebobissé, PDG d’Africa50, a décrit l’ambiance qui régnait dans les salles de réunion : « Des transactions réelles et passionnantes ont été conclues au cours de ce forum. Nous constatons un grand intérêt de la part du secteur privé dans divers secteurs, notamment l’énergie en particulier les énergies renouvelables –, les TIC et les télécommunications, ainsi que les soins de santé. Nous devons nous assurer que nous accélérons la mise en œuvre de ces mesures afin que le succès engendre d’autres succès. » Les résultats exceptionnels des boardrooms virtuelles ont confirmé l’intérêt marqué pour toute une série de secteurs économiques offrant un retour sur investissement élevé ainsi qu’un fort impact social pour les Africains. Les secteurs clés comprenaient les transports, le gaz et l’énergie, les soins de santé, l’agriculture, les technologies de l’information et de la communication. Des sessions spécifiques en boardroom ont porté sur les industries créatives africaines et les entreprises dirigées par des femmes. L’opportunité d’investissement la plus importante des boardrooms était le projet de corridor autoroutier Lagos-Abidjan, évalué à 15,6 milliards de dollars et dirigé par la Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Une fois achevé, ce projet de partenariat public-privé reliera Abidjan à Lagos via Accra, Lomé et Cotonou le long de la côte ouest-africaine. L’autoroute réduira les temps de trajet de 50 %. Elle permettra aux pays enclavés d’accéder aux ports et « aura un impact significatif sur la vie de plus de 500 millions de personnes en Afrique de l’Ouest, a déclaré M. Adesina. Le Groupe de la Banque africaine de développement a injecté plus de 40 millions de dollars pour des études de faisabilité afin de préparer le projet à l’investissement. » La ferme laitière de Makbel, d’une valeur de 50 millions de dollars, a suscité l’intérêt de plus de 20 investisseurs potentiels. Ce projet agricole en Angola a le potentiel de créer plus de 2 000 emplois directs et indirects et de transformer l’Angola en un exportateur net de produits laitiers. Deux partenaires potentiels ont exprimé leur intérêt pour une participation combinée de 45 % dans le projet. M. Adesina a souligné l’importance de la croissance des entreprises féminines et a affirmé l’engagement du Groupe de la Banque africaine de développement à soutenir les femmes entrepreneurs. Il a déclaré que la Banque africaine de développement avait mis en place une facilité de conseil aux femmes d’un montant d’un million de dollars, le programme Affirmative Finance Action for Women in Africa (AFAWA). L’AFAWA soutient les entreprises dirigées par des femmes en leur offrant des services de conseil. « Les entreprises dirigées par des femmes doivent croître et dominer dans toute l’Afrique », a déclaré M. Adesina.



Un projet du secteur de la santé, une initiative de télémédecine de 67 millions de dollars promue par Mobihealth, est une transaction innovante dans le domaine de la santé numérique. Il est également dirigé par des femmes et prévoit la mise en place d’une plateforme de télémédecine propriétaire entièrement intégrée et la construction de cliniques de télésanté. Les soins de santé sont devenus une priorité essentielle des partenaires de l’Africa Investment Forum depuis le début de la pandémie de Covid-19. En février 2022, la Banque africaine de développement a élaboré une stratégie relative aux infrastructures de soins de santé dans le cadre de son projet de mise en place d’un système de défense des soins de santé en Afrique. Les projets énergétiques ont également suscité l’intérêt. Un projet de gaz naturel liquéfié (GNL) de 232 millions de dollars en Guinée prévoit la construction d’un terminal de réception de GNL à grande échelle et d’un réseau de distribution pour transporter le gaz naturel vers les utilisateurs finaux. Après avoir dévoilé les résultats des boardrooms, M. Adesina et les responsables des organisations partenaires de l’Africa Investment Forum ont évoqué les projets des conseils d’administration et la reprise économique de l’Afrique. Admassu Tadesse, président émérite et président-directeur général de la Banque de commerce et de développement, a déclaré : « L’élan est revenu. Le rebond s’est produit et, bien sûr, nous devons maintenant le soutenir en veillant à ce que ces projets clés commencent à se concrétiser. » M. Tadesse a cité un instrument de « part verte » sur lequel la Banque de commerce et de développement a travaillé et qui permettra de stimuler la croissance économique. Représentant le PDG de la Banque de développement de l’Afrique australe, Patrick Dlamini, le directeur général du groupe, Mohan Vivekanandan, a déclaré : « Une grande partie des capitaux dont nous avons besoin se trouve ici, sur notre continent. Il s’agit pour nous de créer les opportunités pour que ces capitaux circulent, car une fois que cela se produit, cela crée des opportunités d’investissement, des emplois et une croissance économique soutenue. » Denys Denya, vice-président exécutif chargé des finances, de l’administration et des services bancaires à la Banque africaine d’import-export, représentant le président de l’institution, le professeur Benedict Oramah, a déclaré : « Nous sommes enthousiasmés par le fait que des ministres et des décideurs politiques aient participé aux sessions des boardrooms de l’Africa Investment Forum, car nous avons besoin que le secteur public et le secteur privé travaillent ensemble pour réaliser ces projets qui sont urgents pour notre continent. L’autoroute Lagos-Abidjan est très importante pour nous car nous sommes une banque de financement du commerce. » S’exprimant au nom de la présidente et directrice générale de la Société financière africaine, Samaila Zubairu, le directeur principal Taiwo Adeniji a déclaré : « En tant que partenaire fondateur, l’Africa Finance Corporation reste attachée à l’Africa Investment Forum, qui continue de jouer un rôle clé en catalysant les projets sur le continent. Compte tenu du déficit aigu d’infrastructures en Afrique, le soutien au Forum est essentiel pour débloquer les investissements substantiels nécessaires pour combler ce déficit. »


Ambroise Fayolle, vice-président de la Banque européenne d’investissement, représentait le président de la BEI, Werner Hoyer. M. Fayolle s’est dit impressionné mais pas surpris par les résultats des délibérations des boardrooms. Il a également indiqué que la Banque européenne d’investissement avait lancé une nouvelle branche, EIB Global. Il a déclaré : « EIB Global veut réaliser davantage de projets d’investissement en Afrique.

Elle va renforcer l’engagement, les partenariats et les nouveaux investissements à travers l’Afrique, et nous sommes très heureux de le faire avec l’optimisme que j’ai entendu ce soir. » Adesina a remercié les partenaires et les participants. « Les boardrooms d’investissement virtuelles de l’Africa Investment Forum ont livré pour l’Afrique. Tournons maintenant nos regards vers les Market Days de l’Africa Investment Forum 2022 qui se dérouleront en présentiel à Abidjan du 2 au 4 novembre 2022. Mais pendant que nous nous préparons à cet événement, continuons à faire des affaires. »


Les huit partenaires fondateurs de l’Africa Investment Forum sont : la Banque africaine de développement, son hôte ; Africa 50 ; la Société financière africaine ; la Banque africaine d’import-export ; la Banque de développement de l’Afrique australe ; la Banque de commerce et de développement ; la Banque européenne d’investissement ; et la Banque islamique de développement.

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Économie

Toutes les vidéos Économie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ