x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le mercredi 29 juin 2022 | AIP

Ouverture à Abidjan de la consultation régionale des institutions nationales des droits de l’Homme en Afrique

Abidjan, La quatrième consultation régionale du Réseau régional ouest-africain des institutions nationales des droits de l’Homme (INDH) s’est ouverte mardi 28 juin 2022, à Abidjan.


Elle vise essentiellement à « explorer les possibilités d'étendre la coopération régionale en vue de renforcer la mise en œuvre des stratégies nationales et régionales de promotion et de protection des droits de l'homme en Afrique de l'Ouest et au Sahel », a déclaré la présidente du Conseil national des droits de l’homme (CNDH), Namizata Sangaré.


Durant deux jours d’échange, les INDH vont parcourir des pistes de collaboration pour la résolution des problèmes qui minent la région, entre autres la discrimination à l'encontre des groupes vulnérables notamment, les femmes, les enfants et les jeunes, le rétrécissement de l'espace civique, l'impunité, les discours de haine, en particulier dans les processus électoraux et les violations survenant dans le contexte des transitions politiques les conséquences du réchauffement climatique et de la Covid-19.


Il s’agit également pour cette plateforme d’examiner l'état de conformité des INDH avec les Principes de Paris sur les INDH et partager les meilleures pratiques pour renforcer l'indépendance et le développement institutionnel des INDH et d’œuvrer pour la collaboration sur le Pacte mondial pour les migrations sûres, ordonnées et régulières (PMM), en vue de promouvoir les droits des migrants.


La résolution N° 48/134 du 20 décembre 1993 de l’Assemblée Générale de l’ONU recommande aux Etats de créer des institutions nationales qui auront pour missions principales de mettre en œuvre les politiques en matière de promotion et de protection des droits de l’homme et d’orienter les pouvoirs publics dans le domaine des droits de l’homme en vue de l’enracinement de la démocratie.


Aussi, la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples en son article 26 demande également l’établissement dans les pays africains d’institutions nationales et locales s’occupant des droits de l’homme et des peuples. Ces institutions nationales doivent fonctionner selon des principes directeurs communément appelés « Principes de Paris ».


Le directeur de cabinet, Bernard Kouassi, représentant le Garde des sceaux, a souhaité une bonne tenue de la consultation régionale dont les recommandations permettront l’avancement de la promotion des droits de l’homme dans les pays de la CEDEAO et au Sahel.


Cette consultation régionale à Abidjan est organisée par le Réseau régional ouest-africain des INDH, en collaboration avec la Commission de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH) et du Bureau des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel (UNOWAS).


Elle réunit sur deux jours à Abidjan, des représentants du réseau des INDH d'Afrique de l'Ouest et de Mauritanie, des représentants de la CEDEAO, de PUNOWAS et du HCDH.


L’édition précédente a eu lieu en avril 2019, à Accra. L’Afrique compte à présent 48 Institutions Nationales des Droits de l’Homme, note-on.


(AIP)


eaa/ask

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ