Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article



 Titrologie



LG Infos N° 575 du 29/10/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage


 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment

Société

2e édition de la Jnaci : Un rendez-vous manqué
Publié le mardi 29 octobre 2013  |  LG Infos




 Vos outils




L’Association des apiculteurs de Côte d’Ivoire (Aaci) a décidé de réfléchir pendant deux jours sur les stratégies de la vulgarisation de l’apiculture en Côte d’Ivoire. Manuel Tiédé Ouloto, président de ladite association et ses collaborateurs, souhaitent faire connaitre au grand public les activités de leur structure. Cela, à travers la Journée nationale des apiculteurs de Côte d’Ivoire (Jnaci). Malheureusement, la première journée de l’édition 2013 célébrée, le lundi 29 octobre 2013, à l’hôtel communal de Cocody, a accouché d’une souris. Les milliers de visiteurs originaires des pays de la Communauté des économiques des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) et hors Cedeao attendus ont brillé par leur absence. Le public a carrément boudé la manifestation. Invité pour la circonstance, le ministre des Ressources animales et halieutiques, Kobenan Kouassi Adjoumani a, dans un bref propos, exhorté les quelques apiculteurs présents à créer des conditions d’une relance des activités du secteur et contribuer au positionnement de la Côte d’Ivoire comme un pays producteur de miel et dérivés de la ruche. «Je voudrais vous inviter à produire plus d’efforts pour sensibiliser les femmes et les jeunes gens à s’intéresser davantage à l’apiculture qui peut contribuer à l’amélioration des revenus et du niveau de vie», a-t-il indiqué. Avant lui, Manuel Tiédé Ouloto qui est préoccupé par la création d’emplois en milieu rural et la lutte contre la misère, fait savoir dans son intervention que le secteur de l’apiculture rencontre des difficultés telles que l’absence de soutien financier, le manque d’encadrement de proximité, l’absence de circuit de commercialisation des produits récoltés. Il a ajouté à cela, le fait que les produits issus des ruches de la Côte d’Ivoire ne sont pas connus sur le marché mondial. «Une activité apicole ne peut se pratiquer sans financement », a- souligné Manuel Tiédé Ouloto avant de montrer le rôle économique, écologique et scientifique de l’apiculture.

Armand Kouamé

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires